Le succès du tourisme en RD suscite l’intérêt de Davos ; le président Abinader souligne que le secteur est vital pour la reprise économique

Une stratégie réussie pour la reprise du tourisme, combinée à un effort constant pour prendre soin de la santé de la population, est la clé de la reprise de l’économie en République dominicaine, et c’est la raison pour laquelle les organismes internationaux traitant du tourisme, de la santé et de l’économie nous présentent comme un pays qui a réussi à faire face à la crise causée par la pandémie.

Le président Luis Abinader a fait cette approche lors d’une présentation dans laquelle il a expliqué ces stratégies et leurs résultats, alors qu’il participait au panel « Repenser et revitaliser les voyages et le tourisme », qui s’est tenu aujourd’hui lundi au Forum économique mondial qui a lieu chaque année ici, et dans lequel les participants ont discuté des politiques et actions possibles pour réimaginer et revitaliser ce secteur.

La présentation du président Abinader, comme les interventions des cinq autres intervenants, a été brève, mais à la fin du panel diffusé sur les canaux Internet, elle a provoqué une série de questions dont les réponses ont consommé environ 15 minutes de présentation, ce qui a fait du président le centre de l’échange informel qui a eu lieu à la fin de l’activité.

Les panélistes qui accompagnaient le président Abinader étaient Keir Simmons, correspondant international de NBC News ; Antonio Capuano, PDG de Marriott International ; Haifa Bint Mohammed Al Saud, vice-ministre du tourisme d’Arabie saoudite ; S. Iswaran, ministre des transports de Singapour et Ruzwana Bashir, Peek.com.

Lors de sa première participation au panel, le président Abinader a déclaré que les expériences apportées par les autres participants « sont très bonnes », mais pour comprendre ce qui a été fait en République dominicaine, il doit expliquer qu’il a pris la présidence du pays en août 2020 alors que l’économie et le tourisme étaient au point mort.

Il a expliqué que, conscients que le tourisme contribue à plus de 20 % du produit intérieur brut et à environ 20 % de l’emploi, et analysant la dynamique économique, « nous savions que notre économie ne repartirait pas si le tourisme ne se redressait pas. Nous devions trouver un équilibre entre la préservation de la santé de notre population et l’ouverture de l’économie ».

Dans son bref exposé, le président Abinader s’est concentré sur la stratégie en matière de tourisme et a expliqué que pour comprendre comment procéder, des enquêtes et des groupes de discussion ont été menés aux États-Unis, le principal marché source, qui commençait à s’ouvrir. Nous avons appris, dit-il, qu’après des mois enfermés chez eux, « les gens voulaient sortir » et étaient séduits par l’image du soleil et de la plage dans le paysage dominicain, mais « ils avaient peur des conséquences de tomber malade ».

En analysant les options, a-t-il expliqué, il a été décidé de « créer l’assurance unique COVID-19, la seule au monde, qui était gratuite pour toute personne venant en République dominicaine. C’est ainsi que nous avons gagné la confiance des gens, qui ont commencé à venir dans notre pays.

Une question du panel était : « Est-ce que ça a coûté cher ? Abinader a répondu sans ambages : « Oui, cela a coûté, mais cela a coûté plus cher si aucun touriste ne venait. C’est l’analyse que nous avons faite. En outre, la compagnie d’assurance appartenait à l’État. Mais il faut dire aussi que seulement 0,7% des touristes que nous avons reçus l’ont utilisé, car ils ont dû passer le test COVID à leur arrivée dans le pays.

Nous avons commencé à travailler avec l’assurance, dit-il, « mais en même temps nous avions l’un des programmes de vaccination les plus rapides des Amériques, et nous avons également commencé à vacciner les employés des hôtels. Notre décision a été d’ouvrir le pays au tourisme afin de relancer l’économie.

Au début de la pandémie, a déclaré le président Abinader, nous avons voulu ouvrir des hôtels qui étaient fermés, et nous avons commencé à financer les Dominicains qui souhaitaient les visiter, « parce qu’ils devaient ouvrir et être prêts pour l’hiver 2020 et 2021″. Ainsi, le tourisme intérieur, qui était de 8 %, est passé à 17 %, et nous a aidés à nous préparer à l’arrivée des touristes internationaux ; mais nous avons aussi 2 millions de Dominicains vivant aux États-Unis et ils ont été les premiers à venir en tant que touristes en République dominicaine. »

Il était temps d’ouvrir la destination, a-t-il dit. Maintenant « nous ouvrons un nouveau pôle appelé Pedernales dans le sud du pays avec de belles plages. Je suis heureux que les plus grandes entreprises hôtelières du monde, à commencer par Marriot, aient déjà signé un accord pour y développer et gérer un hôtel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + onze =