Le tourisme est présent dans toutes les provinces de la RD

La République dominicaine se caractérise par la promotion du tourisme « Soleil et Plage », qui se développe spécifiquement dans des stations touristiques attractives.

Cependant, partant du principe que le tourisme est présent dans toutes les provinces de la République dominicaine, le ministère du tourisme a lancé la plateforme « Le tourisme dans tous les coins » afin de promouvoir et de renforcer l’attractivité de chaque démarcation du pays, ce qui contribuera à son tour à son développement économique.

L’objectif de ce projet est de donner de la visibilité à toutes les attractions des 31 provinces du pays, couvrant toute la chaîne de valeur du point de vue de la gastronomie, des produits, des ressources naturelles, de la culture, de l’histoire, de l’artisanat, des danses, à travers une campagne promotionnelle d’activations provinciales qui positionne les destinations pour le marché local.

La vice-ministre de la gestion des destinations du ministère du tourisme, Patricia Mejía, souligne que cette plateforme est axée sur la durabilité et l’inclusion et vise à renforcer le potentiel de chaque destination du pays.

« Le tourisme, c’est nous tous, le tourisme est dans toutes les provinces, ce que nous devons faire, c’est les organiser parce que dans chacune d’elles, il y a une essence, il y a un esprit », a déclaré M. Mejía.

Le vice-ministre explique que, traditionnellement, les habitants des villages n’étaient intégrés dans le secteur du tourisme que pour travailler à la construction d’hôtels ou pour être employés dans ceux-ci. Avec cette plateforme, ils entendent promouvoir le tourisme intérieur.

« La République dominicaine, grâce à Dieu, est bien positionnée en termes de tourisme sur le marché international, et a suivi une stratégie qui a donné de bons résultats, mais c’est une stratégie menée par les investissements qui viennent dans le pays, en particulier dans l’Est, car il y a des pays qui comprennent que la République dominicaine n’est que Punta Cana », a-t-il déclaré.

Toutefois, M. Mejía a précisé qu’il n’était pas contre la stratégie touristique, qu’il soutient et continue de promouvoir. « Cependant, nous devons intégrer cette stratégie de visibilité du pays à l’étranger, ce projet de Tourisme dans tous les coins ».

Mejia a souligné que cette plateforme découle de l’exemple du projet de tourisme communautaire durable (TCS) de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), qui a duré six ans et a cherché à identifier des produits innovants dans 14 provinces du Cibao, où ils ont identifié 101 produits liés au tourisme.

Il a expliqué que ce projet a créé une stratégie pour identifier ces produits dans ces provinces afin de les promouvoir et de les vendre au niveau local et international.

« Lorsque nous avons reçu cette stratégie au ministère, nous en avons parlé au ministre David Collado et lorsqu’il l’a vue, il a dit qu’il fallait faire quelque chose, et il a proposé de faire du tourisme dans chaque Rincón », a déclaré M. Mejía.

Mejia a dit qu’au début, on pensait à une stratégie de promotion et de publicité des destinations, mais comme le Dominicain connaît peu son propre pays, c’est pour que le tourisme interne puisse aussi se faire et qu’il puisse visiter ces communautés.

A propos du projet

Le vice-ministre a expliqué qu’ils ont l’intention de réaliser une activité de promotion de la province tous les deux ou trois mois, et cela dépendra de l’organisation et de l’adéquation du lieu.

Elle a expliqué que ce projet comporte deux volets : le volet de promotion et de publicité du tourisme intérieur « pour faire de chaque Dominicain un ambassadeur du pays, car quels que soient les efforts que nous déployons au niveau international, si nous avons des Dominicains dans le monde entier qui ne connaissent pas leur pays, qui de mieux qu’eux-mêmes pour le promouvoir ».

L’autre composante est la création de ces nouveaux produits dans des provinces et des municipalités dont les gens n’auraient jamais pensé qu’elles pourraient avoir une ressource touristique dont les Dominicains et les étrangers pourraient profiter.

Concernant l’investissement du projet, M. Mejía souligne qu’il est géré avec le budget du ministère, et que chaque province aura son propre investissement en fonction de ses besoins. « Cela semblerait coûteux en raison de l’ampleur du projet, mais c’est une question d’articulation des efforts, car il s’agit d’une vision commune ».

En ce sens, il a expliqué que le ministère servira à canaliser l’aide dont a besoin cette province, et que chaque établissement participant assumera cette dépense.

M. Mejía a donné l’exemple suivant : s’il s’agit d’électricité, le coût sera assumé par le générateur de cette province, et ainsi de suite avec les institutions ou les ministères qui participent.

Formation

Le projet prévoit la formation des municipalités de chaque ville, et pour cette raison, le vice-ministre est en dialogue avec l’Institut national de la formation professionnelle technique (Infotep), pour fournir la formation et les outils nécessaires aux municipalités afin qu’elles puissent maximiser le potentiel des produits.

En ce qui concerne l’aide au financement du projet des citoyens, M. Mejía a déclaré qu’ils les mettront en contact avec Promipyme pour les aider à obtenir un financement et à faire croître leurs projets.

Ils collaborent également avec le Comité d’exécution des infrastructures dans les zones touristiques (CEIZTUR), qui est chargé de permettre l’accès aux endroits difficiles, entre autres infrastructures à réadapter.

Enquête

Il a expliqué qu’ils ont fait une enquête sur les produits, la gastronomie et d’autres éléments de chacune des provinces dans le but de les mettre en valeur.

« Il y a des endroits où nous avons trouvé des grottes avec des pictogrammes, pourquoi ils parlent d’une manière différente selon la région, et nous voulons mettre tout cela en évidence ».

M. Mejía a également souligné que le projet n’est pas reproductible, dans le sens où il sera basé sur ce que la nature a offert à chaque province, sa culture et ses compétences, et « ce sera sa marque de fabrique ».

Il a souligné qu’il n’y a aucun moyen pour un pays de se développer de manière durable sans la participation du secteur privé et du secteur privé, c’est pourquoi il espère qu’à un moment donné, les entrepreneurs de chaque province participeront au « Tourisme dans tous les coins ».

Yira Vermenton, directrice des initiatives touristiques provinciales de Mitur, a souligné que toutes les provinces ont un attrait à montrer, mais qu’elles doivent être impliquées. « Nous devons voir quelle province est en mesure de nous recevoir, parce qu’il y en a qui ne sont pas organisées, et nous ne cherchons pas à leur nuire, mais à les aider de sorte que s’ils ont une rivière, une station thermale ou une grotte et qu’elle est difficile d’accès, nous cherchons des moyens de la réajuster pour que les visiteurs puissent s’y rendre.

Dans ce sens, il a dit qu’ils ont fait une enquête sur les 31 provinces, et que celles qui ont besoin d’un certain réajustement seront aidées afin que lorsque ce sera leur tour pour le « Tourisme dans tous les coins », elles soient prêtes à recevoir des visiteurs.

À cet égard, il a souligné qu’ils travaillent sur la logistique avant, pendant et après le programme, car l’objectif est de continuer à soutenir ces provinces. « Ce que nous recherchons, c’est que les visiteurs puissent repartir avec une bonne expérience du lieu sous tous ses aspects et revenir », a-t-il déclaré.

Sœurs Mirabal

De même, la vice-ministre de la promotion et du développement, Tammy Reynoso, a expliqué qu’ils ont décidé de lancer le projet dans une province qui, d’une certaine manière, était organisée et avait un produit intéressant à offrir, et pour cette raison, ils ont choisi Hermanas Mirabal, où ils ont organisé une activité pour que les gens puissent apprécier sa gastronomie, sa culture et d’autres attractions.

Il a souligné que les autorités municipales et locales ont été très enthousiastes et se sont jointes aux travaux de mise en place de cette activité, qui a été très bien accueillie, et qui a également fait bouger leur économie. « Cette activité a réveillé l’espoir des citoyens, les a motivés à créer de nouvelles idées pour promouvoir leur province.

Le vice-ministre a invité tous les Dominicains à découvrir cette province chargée d’histoire, dotée de beaux musées, d’une culture riche et d’attractions naturelles très diverses telles que les montagnes et les collines, la réserve scientifique « La Salcedoa » et Los Azules ; les points de vue, Ecoparque La Paz et Los Cerros de Duey ; les routes et les sentiers, la route des peintures murales, la route du café et la route de l’écotourisme de Rio Partido.

Egalement les rivières Cenovi, Blanco, Jamao, Veragua, Jayaco, Bacui et Blanquito, ainsi que les stations thermales Arroyo Ojo de Agua, Arroyo Juana Núñez, Arroyo Jayaco, Arroyo Fría, Río Partido et Almendro, Montellano et Arriba.

Parmi les ressources historiques, citons : Ruta de los Murales, Casa Museo Hermanas Mirabal, Monumento a las Hermanas Mirabal, Jardín Memorial Casa de Patria.

Ressources artisanales telles que l’artisanat de Higüero, bouteilles, maracas, cedazos, palilleras, vases, portefeuilles, figuiers, tasses, boules, bracelets et güiras.

Plats typiques : Hornado, riz, haricots et viande mijotée, mangú avec saucisses, asopado, carnero, mofongo framboyán, Druño. Egalement des boissons et des sucreries typiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − quatorze =