Playa Grande, gestion inclusive et durable d’une destination touristique

Le tourisme durable repose sur des principes d’inclusion sociale et de viabilité à long terme, minimisant l’impact sur l’environnement, valorisant la culture locale et contribuant à générer des revenus et une qualité de vie pour la population concernée.

Le dialogue entre les parties a abouti à un accord par lequel les investisseurs ont accepté de préserver l’usage public de la plage, de fournir 300 places de parking pour les visiteurs, de construire une place pittoresque avec des kiosques de style victorien pour la vente de nourriture et d’artisanat locaux, de fournir des toilettes pour les hommes et les femmes, et d’attribuer des locaux à POLITUR.

Depuis le début du développement touristique de haut niveau dans la zone recherchée de Playa Grande en 2012, cette destination soleil et plage emblématique de la Costa Verde est devenue une référence en matière de tourisme inclusif, socialement et écologiquement durable.

D’emblée, il convient de noter que le tourisme durable repose sur des principes d’inclusion sociale et de durabilité à long terme, minimisant l’impact sur l’environnement, valorisant la culture locale et contribuant à générer des revenus et une qualité de vie pour la population concernée.

Le projet de développement touristique de Playa Grande a respecté ces principes et, en l’espace de dix ans, a enrichi son offre de marque avec les valeurs des communautés voisines, notamment la gastronomie, les attractions naturelles et la richesse culturelle de la région.

Le tourisme balnéaire, une histoire conflictuelle

Historiquement, le développement du tourisme balnéaire en République dominicaine a été marqué par des conflits, dans certains cas avec les réglementations environnementales, dans d’autres avec les communautés environnantes, et presque toujours avec les commerçants et les travailleurs informels qui gagnent traditionnellement leur vie en servant le public visiteur.

À l’origine, le projet global de Playa Grande prévoyait un investissement total de 500 millions de dollars américains, comprenant la construction d’un hôtel six étoiles de marque Aman de 30 chambres, de 38 villas, d’un hôtel-boutique, d’un village de plage, le réaménagement du terrain de golf de Playa Grande et des offres sportives telles que tennis, clubs équestres et autres attractions.

Cependant, lorsque le projet a été annoncé, les représentants de Cabrera, Abreu et Rio San Juan, menés par l’ancien maire Jorge Cavoli et Rafael Mirabal, chef des vendeurs traditionnels de Playa Grande, ont exprimé leurs craintes de voir la plage emblématique de la région privatisée, ce qui limiterait l’accès du public en supprimant le stationnement et en excluant les petits commerçants et les travailleurs qui y opèrent.

Les représentants de Playa Grande Holding et de Costa Norte at Playa Grande, les deux sociétés responsables de l’ensemble du projet, ont d’abord considéré la réaction de la communauté comme un possible rejet de l’investissement majeur ou comme un moyen de créer des difficultés, peut-être à des fins peu recommandables.

Cependant, dès le départ, les investisseurs, guidés par une société de communication engagée pour gérer les implications médiatiques et les relations avec les autorités et les leaders sociaux, ont ouvert un espace de dialogue avec les communautés pour rechercher un consensus qui faciliterait le démarrage du projet sans affecter l’utilisation publique de la plage ni exclure les travailleurs traditionnels.

Une référence en matière de tourisme inclusif et durable

Le dialogue entre les parties a rapidement abouti à un accord par lequel les investisseurs ont accepté de préserver l’usage public de la plage, la mise à disposition de 300 places de parking pour les visiteurs, la construction d’une place pittoresque avec des kiosques et des gloriettes pour la vente de produits alimentaires et artisanaux locaux, la mise à disposition de toilettes pour les hommes et les femmes, et l’attribution de locaux à POLITUR.

L’accord avec les vendeurs traditionnels a été discuté et conclu avec l’association des vendeurs de Playa Grande, représentée à l’époque par son président Rafael Mirabal, qui est actuellement directeur du ministère du tourisme pour les municipalités de Cabrera et de Río San Juan.

Passant en revue l’expérience des dix premières années de développement de Playa Grande, Rafael Mirabal apprécie la contribution des investisseurs, non seulement pour le respect des accords avec les autorités et les vendeurs, mais aussi pour leur soutien à l’économie locale et aux activités éducatives, culturelles, environnementales et sportives des communautés voisines.

Elle cite le rôle de la Fondation Playa Grande, parrainée par le groupe touristique, sous la coordination de sa directrice Alexandra Jeronimo, qui, dans le cadre de son programme de responsabilité sociale, accorde une attention particulière au thème culturel, en tant que sponsor du carnaval marin de Rio San Juan, connu sous le nom de Carnavarengue Rio San Juan, qui a pour scène principale la lagune Gri Gri, où chaque année une plateforme est installée pour la célébration du grand événement du couronnement de la Reine.

Selon M. Mirabal, le groupe a adopté dès le début une politique d’embauche préférentielle de résidents locaux pour réaliser les travaux du projet et participer aux activités économiques liées aux nouveaux investissements touristiques et commerciaux.

Une récompense bien méritée. Il convient de rappeler que la valeur de l’exemple donné par les membres de la communauté, les travailleurs, les entrepreneurs étrangers et les autorités locales n’est pas passée inaperçue à temps, puisque lors de la première édition du prix Luis Augusto Caminero, organisé par l’Association dominicaine de la presse touristique (ADOMPRETUR) en 1919, le jury a décerné la statuette correspondant à la catégorie « Tourisme et coexistence sociale » au projet touristique Playa Grande, représenté par son dirigeant Rolando Fernández, et au nouveau maire de la communauté de Cabrera, Jorge Cavoli.

La corporation des journalistes touristiques a ainsi rendu justice à tous les acteurs impliqués dans la gestion rationnelle d’un éventuel conflit et à la solution convenue au profit du projet touristique et des communautés les plus directement touchées, ainsi qu’à un modèle de développement inclusif fortement lié à la communauté, au patrimoine environnemental et aux valeurs culturelles du pays.

Le charme de la Placita Gastronómica de Playa Grande ne réside pas seulement dans les meilleurs plats créoles, principalement à base de poissons et de fruits de mer, à des prix réglementés par l’association des vendeurs elle-même, afin de ne pas abuser des clients et des touristes, mais aussi dans la jouissance d’une atmosphère typiquement caribéenne, sous un couvert de cocotiers, d’amandiers et d’autres arbres typiques de la région, à une très courte distance du sable fin de la plage et des vagues de la mer.

Pour de nombreux locaux habitués à l’atmosphère paradisiaque des plages dominicaines, cette expérience ne sort peut-être pas de l’ordinaire, mais pour un touriste des États-Unis, du Canada, d’Europe ou de n’importe quelle région au climat froid ou tempéré, il s’agit d’une expérience mémorable. C’est probablement l’image que représente cette petite place pour les clients des hôtels de la région, y compris le boutique Playa Grande Beach Club, situé à une courte distance de la petite place, l’hôtel exclusif Amanera et le Playa Grande Golf and Ocean Club.

Ce qui est intéressant, c’est qu’à quelques mètres seulement, les célébrités qui se rendent fréquemment dans les hôtels exclusifs situés dans les environs de Playa Grande, convergent avec les familles dominicaines qui se réunissent sur la Placita Gastronómica ou dans les zones ombragées du sable pour partager un repas créole ou une boisson typique dans un environnement sûr, où ils peuvent également acheter les meilleurs produits artisanaux du pays, notamment des sacs en cuir ou en coquille de noix de coco bien finis, ou de très belles pièces d’ambre et de Larimar, et ce à des prix très abordables.

Parmi les vedettes de ces rassemblements de Playa Grande figurent des personnalités internationales telles que Jennifer Lopez, Alex Rodriguez, Michael Jordan, Mark Bufalo (l’homme incroyable) et Jovanka Trump, la fille de l’ancien président des États-Unis, Donald Trump.

Il s’agit sans aucun doute d’une référence valable pour le développement du tourisme basé sur l’utilisation du patrimoine public ou des ressources naturelles d’une localité ou d’une région.

Source: Acento.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − 8 =

Verified by MonsterInsights