Tourisme communautaire : subsistance des petites communautés

Depuis des années, le tourisme constitue une importante source de revenus pour la République dominicaine. Cependant, bien qu’il soit souvent suggéré que ces devises restent dans les destinations prédéterminées en raison de leur capacité à accueillir des touristes, ce secteur est devenu le gagne-pain de petites localités grâce à ce que l’on appelle le tourisme communautaire, une modalité qui gagne du terrain au niveau national. El Palero, à Cenoví de Toma, au sud-est de Santiago Rodríguez, en est un exemple.

Au pied des montagnes Pico de Gallo, Los Mones, Sierrecita et Loma Vieja, qui offrent un paysage très différent des plages dominicaines paradisiaques, cette démarcation, qui compte un peu plus de 480 habitants, a appris à diversifier ses piliers économiques, du café aux agrumes et, plus récemment, à la petite hôtellerie. La communauté a pris l’initiative de tirer parti du potentiel touristique de la zone rurale et de créer des emplois.

Marcial Collado, un habitant de la zone rurale qui dirige l’initiative, a déclaré à elDinero que le tourisme offrait la possibilité de créer des emplois et d’éviter la migration des jeunes vers les villes à la recherche d’opportunités professionnelles.

Revitalisation

L’initiative vise à tirer parti des ressources naturelles et culturelles de la communauté pour attirer les visiteurs. Collado a mentionné que la propriétaire de la Casa de Campo Los Soñadores, connue sous le nom de Lucecita (Elvia Hernández), a été l’une des pionnières dans la création de logements pour les touristes, inspirant d’autres personnes à suivre son exemple. Ils ont formé un comité pour développer le tourisme communautaire.

« Ici, les gens viennent et veulent avoir un endroit où rester », a ajouté Mme Hernández, propriétaire de l’hébergement de 23 personnes destiné à ceux qui voyagent en groupe, en famille ou en couple. Bien qu’il ait commencé en 2019, ce n’est qu’en 2021 qu’il a officiellement ouvert ses portes aux voyageurs locaux et internationaux.

Depuis lors, l’endroit a accueilli des touristes de différentes parties du monde, comme l’Allemagne ou l’Espagne, en plus des Dominicains qui cherchent à explorer la randonnée. « Beaucoup de gens sont venus ici alors qu’on n’aurait pas pensé qu’ils viendraient ici », dit-elle, surprise par l’augmentation du nombre de visiteurs. « Ils viennent pour l’atmosphère, l’air frais, les nombreux arbres et la tranquillité », ajoute-t-elle.

Casa Paraíso Serrano

La Casa Paraíso Serrano est un autre exemple de projet visant à encourager le tourisme communautaire. « Notre proposition s’adresse aux familles qui veulent se rapprocher de la nature et créer des moments ensemble. À la Casa Paraíso, nous avons tout le confort d’une maison. Nous sommes une maison, une maison qui soutient le tourisme communautaire », explique la propriétaire Orfelina Rodríguez Durán.

Bien qu’il s’agisse encore d’une communauté empirique, « animée par la passion, mais confiante », les statistiques de fréquentation sont en leur faveur, car elles disent devoir parfois réserver elles-mêmes des mois à l’avance et afficher constamment complet.

« Il s’agit d’une maison à deux niveaux, qui compte cinq chambres. Il s’agit d’un projet de location de vacances axé sur le tourisme de montagne afin de créer des expériences avec la communauté. Il s’agit d’un projet orienté vers la connexion entre la communauté et la vie rurale », a ajouté M. Rodriguez.

Il ne s’agit là que de deux des nombreux investissements réalisés par les habitants de la région. D’autres projets sont construits au sommet de la montagne, avec une vue directe sur le Pico del Gallo, comme l’Ecocamping Aventura, ou sur les rives d’une rivière, comme le Glamping Vista del Rio.

L’engagement de ces entrepreneurs en faveur du tourisme communautaire se reflète dans la formalisation de l’initiative, avec la création de Palero Eco Aventura en tant qu’organisation légalement établie. Tous les propriétaires de logements de la région sont membres de cette organisation.

Communauté

Cet engagement en faveur du tourisme communautaire ne profite pas uniquement à ceux qui disposent de plus de ressources. En fait, toute la communauté est impliquée dans la stimulation de l’économie locale. Tandis que certains fournissent l’hébergement, d’autres s’occupent des autres besoins des touristes, du transport à la nourriture et aux loisirs, y compris les chanteurs, les guides et les récitants de poèmes.

En fait, l’essor du tourisme communautaire a permis le développement d’infrastructures dans la localité, en l’absence des autorités gouvernementales. L’une des initiatives les plus remarquables est la création d’un parc où la communauté se réunit pour des activités culturelles. M. Collado explique que ce parc a été construit avec des matériaux recyclés, notamment des bouteilles en plastique et du caoutchouc, en collaboration avec une ONG locale.

Soutien aux entreprises locales

Les visiteurs peuvent préparer leur nourriture, mais ils sont encouragés à soutenir les entreprises locales. Francesca Vidal, propriétaire du parador Las Muchachitas, en est un exemple. « Nous avons misé sur le parador parce qu’il n’y avait rien ici où l’on pouvait manger quelque chose. Si vous faisiez 28 kilomètres, vous arriviez le ventre vide, avec des frites et du jus de fruit. Beaucoup de gens, comme beaucoup de touristes, viennent à Palero, mais ils s’arrêtent ici pour déjeuner », explique-t-il.

Du restaurant lui-même aux logements, ils s’approvisionnent directement auprès de la communauté, qui produit des citrons, du café et d’autres produits. « Nous nous entraidons tous. Si le groupe est important, comme c’est le cas pour les groupes de 30 personnes, on cherche d’autres collaborateurs. Dans ce cas, ce n’est pas une femme qui cuisine, mais trois », explique Lucecita. Cette dynamisation s’étend aux guides touristiques.

Turismo ComunitarioWaldy Tineo

Waldy Tineo, propriétaire de l’Ecocamping Aventura, met l’accent sur l’aspect communautaire de son entreprise, en veillant à ce que chaque secteur soit occupé par des personnes de la région. De la production alimentaire à la musique, il soutient les entrepreneurs locaux en leur offrant des opportunités commerciales.

Les projets tels que Ecocamping Aventura ne se contentent pas de promouvoir le tourisme, ils soutiennent également les entrepreneurs locaux qui proposent des produits et des services authentiques. Avec une équipe de collaborateurs locaux, qui ne sont pas considérés comme des employés, ces gîtes favorisent le développement économique et social de leur communauté, en créant une atmosphère de collaboration et de soutien mutuel. Plus d’une vingtaine de bénévoles servent de guides et d’animateurs, y compris des femmes au foyer qui cuisinent pour les visiteurs.

« Il s’agit d’une communauté extrêmement audacieuse dans laquelle il faut investir, qu’il faut créer et vers laquelle il faut aller », a ajouté M. Rodriguez. Des transports en 4×4 ou en Safari, aux jardins familiaux pour répondre aux besoins locaux.

Les défis

Si El Palero et d’autres communautés de la région de Cenoví de Toma, au sud-est de Santiago Rodríguez, présentent une grande variété d’attractions pour les touristes à la recherche de destinations ou d’activités telles que la randonnée, elles présentent également des défis importants en raison de l’état difficile de la route, qui nécessite des véhicules tout-terrain.

Cette difficulté a entraîné l’annulation de réservations par certains visiteurs, ce qui représente un obstacle majeur pour les entreprises. De plus, l’âge de l’aqueduc, qui a plus de 25 ans, contribue à des pénuries d’eau occasionnelles, tandis que l’approvisionnement en électricité a été une « conquête » après une attente de près de 10 ans.

Pour les entrepreneurs à l’origine des projets, l’état de la route représente une faiblesse majeure, de nombreux clients exprimant que la beauté des projets contraste avec la difficulté du voyage pour y accéder.

Ils espèrent que les autorités provinciales se pencheront sur cette faiblesse et ne la transformeront pas en force. Malgré ces défis, ils soulignent la capacité entrepreneuriale qui émerge même dans des conditions précaires, comme dans le cas d’un jeune homme de la communauté qui offre des services de transport avec un véhicule tout-terrain. Cependant, le manque d’intégration du gouvernement local avec les entrepreneurs touristiques de la province constitue un obstacle supplémentaire au développement du tourisme dans la région.

« Glamping

Pouvant accueillir 22 personnes dans la zone de glamping et 11 dans la zone de camping, le Glamping Vista del Rio a été créé pour promouvoir le tourisme communautaire inspiré par l’environnement naturel et le besoin d’offrir du confort à la campagne. Ce projet est intégré à la route du manioc et à d’autres initiatives de tourisme communautaire dans la région.

Alexis Cruz, propriétaire, et Felix Manuel, administrateur, expliquent que le projet ne cherche pas seulement à attirer les touristes, mais aussi à bénéficier à la communauté locale. En intégrant la population locale dans la chaîne de valeur de l’entreprise, on estime que 12 à 15 familles sont indirectement touchées, ce qui contribue au développement économique de la région.

En outre, Glamping Vista del Rio propose des activités telles que des safaris et des visites de la communauté, offrant ainsi aux visiteurs une expérience complète et authentique. Avec l’essor du tourisme durable et la recherche d’expériences uniques, ce nouveau projet se positionne comme une option attrayante pour ceux qui souhaitent se rapprocher de la nature et de la culture locale.

Offre

La localité possède des attractions naturelles qui conviennent à toute la famille. La cascade la plus proche et la plus facile d’accès, Los bañaderos, se trouve à 2,3 kilomètres du parc écologique El Palero, encore en construction, et à 30 minutes de marche.

Les chutes Andrea et La Maravilla, plus extrêmes, se trouvent respectivement à 4,0 et 4,3 kilomètres et nécessitent deux heures de marche. Il existe également la route du manioc, qui part de la municipalité de Mención, traverse la province de Santiago Rodríguez et se termine dans la Cordillère centrale.

Source :Mitur.gob.do

En savoir plus : Destinations, Tourisme

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 2 =

Verified by MonsterInsights