Tourisme de croisière

La conférence réunit les principaux entrepreneurs du secteur des croisières et offrira au pays la possibilité de finaliser les négociations pour que de nouvelles lignes de croisière viennent dans nos ports et que les lignes existantes augmentent leurs visites.

Au cours de la période janvier-septembre de cette année, la République dominicaine a reçu, par voie maritime, 800 000 visiteurs, entre croisiéristes et équipages, selon ce qui a été publié dans la presse lundi 10 octobre, à l’occasion de la 28e édition de la conférence de l’Association des compagnies de croisière de la République dominicaine. La conférence se tient à l’hôtel Jaragua du mardi au vendredi de cette semaine, avec la participation de plus de 500 personnalités de 40 pays, selon le ministre David Collado, qui a déclaré : « Avec cette réunion de la FCCA, les yeux du secteur des croisières du monde entier seront tournés vers notre pays et son impact sur la poursuite de la croissance sera impressionnant ».

Les 22 compagnies de croisière affiliées à la FCCA exploitent plus de 100 navires en Floride, dans les Caraïbes et en Amérique latine. La conférence réunit les principaux entrepreneurs du secteur des croisières et offrira au pays la possibilité de finaliser les négociations pour que de nouvelles lignes de croisière viennent dans nos ports et que les lignes existantes augmentent leurs visites.

Ce qui précède m’a rappelé un article que j’ai écrit dans le Listín Diario le 13 mars 2006 (c’est-à-dire il y a 16 ans), intitulé « Tourisme de croisière », compilé dans mon livre « Mangos y jubilados y otros artículos (2004-2006) » (Letra Gráfica, 2008), que je reproduis ci-dessous :

« Regrettable, mais vrai. La République dominicaine ne figure pas parmi les dix premières destinations de tourisme de croisière dans les Caraïbes. Selon un article de Reed Albergotti et Candace Jackson, publié le 5 mars dans le supplément Amériques du Wall Street Journal, qui circule dans l’édition dominicale du Listín Diario, les dix destinations des Caraïbes qui ont dominé le tourisme de croisière en 2005 sont : les Bahamas, Cozumel, les îles Vierges, les îles Caïmans, Sint Maarten, Porto Rico, la Jamaïque, Belize, Antigua-et-Barbuda et Sainte-Lucie.

Cette dernière île, qui occupe la dixième place, a été visitée par 258 navires de croisière et 394 431 touristes, tandis que la première destination, les Bahamas, a accueilli 1 554 navires de croisière et 3 349 998 touristes en 2005, selon l’article, qui cite le président d’une grande compagnie de croisière, Royal Caribbean International, affirmant que « parmi les futures destinations envisagées par sa compagnie figurent La Havane et Cartagena de Indias ».

Le tourisme de croisière brasse quinze milliards de dollars par an, selon l’article, qui cite un responsable des îles Vierges estimant entre 200 000 et 400 000 dollars l' »impact économique immédiat » de chaque navire de croisière qui accoste dans un port.

La République dominicaine n’étant pas mentionnée dans l’article, je soupçonne que nous passons à côté d’une part importante du tourisme de croisière dans les Caraïbes. Et nous ne devrions pas l’être.

Voilà pour mon article de mars 2006. Seize ans après sa publication, je suis heureux de constater la croissance du nombre de navires de croisière arrivant dans les ports dominicains et du nombre de touristes qu’ils nous amènent, ainsi que leur impact sur la génération de devises et d’emplois, en augmentant la demande de produits et de services requis par ces touristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 − 4 =