Arajet ajoute de nouvelles liaisons vers l’Amérique du Sud et les États-Unis

La compagnie aérienne dominicaine à bas prix Arajet ajoutera bientôt plus de six nouvelles routes aériennes vers différents pays des Amériques, dont le Brésil, l’Argentine, Porto Rico, le Chili, l’Uruguay, la Bolivie et les États-Unis, avec New York et Miami comme points de départ après la signature du traité de ciel ouvert avec ce pays.

L’information a été annoncée par Victor Pacheco, PDG et fondateur d’Arajet, qui, lors de son intervention à la Bourse annuelle du tourisme dominicain (DATE), a déclaré qu’en plus des 11 destinations avec lesquelles ils établissent des connexions, ils ont l’intention de continuer à s’étendre et à pénétrer de nouveaux marchés.

Cette expansion sera complétée par l’ajout de cinq nouveaux avions à la flotte de la compagnie, portant le total à 10, qui porteront le nom de différentes zones protégées du pays.

Il a également annoncé que la compagnie aérienne assurait déjà 42 liaisons aller-retour, deux jours par semaine, au départ et à destination de neuf pays de son réseau, faisant de la République dominicaine la plaque tournante des Caraïbes pour les vols à bas prix.

« Le Mexique est relié à six destinations, en plus du Guatemala et du Salvador avec cinq destinations chacun », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’après seulement 7 mois d’exploitation, Arajet a déjà réussi à se consolider en tant que compagnie aérienne dominicaine avec le plus grand nombre de passagers, atteignant le chiffre de 180 000, en plus de 10 ans d’existence.

Au cours du DATE, Banreservas et la Chambre Britannique ont signé des accords avec l’Association des Hôtels et du Tourisme (Asonahores), dans le but de promouvoir ce secteur dans le pays.

La signature de l’administrateur général du Banco de Reservas, Samuel Pereira, visait principalement à promouvoir le tourisme gastronomique et à valoriser ce créneau qui, selon lui, peut ajouter une grande valeur à l’offre des hôtels.

De même, David Llibre, président d’Asonahores, a souligné que l’accord permettra d’analyser l’agro-industrie nationale et son impact sur ce secteur, ainsi que d’autres études liées à l’impact des secteurs économiques sur le tourisme.

L’objectif principal de la signature de l’accord avec la Chambre de Commerce Britannique était de promouvoir les relations culturelles, commerciales et bilatérales entre le Royaume-Uni et la République Dominicaine.

Selon le président de la Chambre britannique dans le pays, Amauris Vasquéz, cette signature vise à développer des programmes spécifiques tels que des études de marché.

« Nous comprenons que nous pouvons collaborer à l’accès au marché britannique grâce à nos relations avec diverses chambres de commerce, ce qui peut leur permettre d’accéder à la publicité et à la promotion de forfaits touristiques auprès d’un grand nombre de personnes sur ce marché, qui représentent jusqu’à 30 % de tous les visiteurs de ce pays », a-t-il déclaré.

David Llibre a souligné l’importance des relations entre le Royaume-Uni et la République dominicaine, notant que la République dominicaine est l’un des principaux marchés d’origine des touristes de ce côté-ci de l’île.

Source: Elnacional.com.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − quatre =

Verified by MonsterInsights