José María Cabral dit que le cinéma est un miroir

Interviewé par Laura Natalia Castellanos sur le podcast Gente Brava, José María Cabral affirme que la croissance de l’industrie cinématographique dominicaine ne se mesure pas seulement au niveau international mais aussi au niveau local.

« Vous le devez aussi à votre peuple », dit-il, « le cinéma est un miroir et plus nous faisons des films qui parlent de notre identité, et nous pouvons le projeter et nous voir dans ce film, cela aide un pays culturellement. »

Dans l’interview, Cabral parle de Hotel Coppelia, sa plus récente production, actuellement dans les théâtres dominicains et chez Lantica Media, et déclare : « Hotel Coppelia est le résultat de ma volonté de mettre en place une partie ou une métaphore de la guerre civile et de l’invasion américaine de 1965, et à partir de là, j’ai créé une histoire et l’ai faite à travers des personnages anonymes. » Cabral souligne que l’Hôtel Coppelia représente une métaphore de sa vision de la guerre civile à travers les personnages de Gloria, Judith, Betty et les autres femmes qui sont les protagonistes de cette histoire.

Cet entretien avec Cabral a été enregistré en août 2020, avant la première de Hotel Coppelia, par Gente Brava, un podcast dominicain qui fête son deuxième anniversaire en juin de cette année. Freddy Ginebra, Tony Almont, Vicente García, Nashla Bogaert, Carolina Santana, Xiomara Fortuna et Rafael de los Santos, « Poteleche », sont quelques-uns des invités qui s’expriment lors de la première saison. Le podcast et l’interview sont disponibles sur Spotify, Apple Podcasts, Google Podcasts et les médias sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − seize =