La RD se classe troisième en matière de commerce numérique au niveau régional

Le ministre de l’Industrie et du Commerce a souligné les progrès réalisés grâce aux alliances avec le secteur financier

Le pays a atteint la 59e position dans l’indice mondial du commerce électronique.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Mipymes, Víctor-Ito-Bisonó, a souligné aujourd’hui que le pays se classe au troisième rang des pays de la région en matière de commerce sur Internet et au 67e rang mondial, avec un score de 59 dans l’indice du commerce électronique.

Le fonctionnaire a souligné cette information lors de sa participation à la cérémonie d’ouverture du XXXVIIIe Congrès latino-américain du commerce extérieur (Clace), qui se tient pour la première fois dans le pays.

Bisonó a expliqué que les avancées du pays en matière de commerce font partie des actions qui ont été menées par le gouvernement, en collaboration avec le secteur financier pour soutenir l’innovation, la créativité et la numérisation des entreprises.

Le ministère de l’industrie et du commerce coordonne la stratégie nationale d’exportation de services modernes, la première politique publique du pays axée exclusivement sur la promotion de services commercialisés principalement par Internet, a déclaré le responsable.

Accords bancaires multiples

Lors de sa participation, il a déclaré : « Aujourd’hui, nous sommes très honorés d’être avec vous pour partager la vision de ce ministère en faveur des industries de la connaissance et les actions que nous avons développées, notamment la promotion de l’innovation et la numérisation des entreprises par le biais des banques.

Dans cet ordre, il a souligné certains des résultats des alliances stratégiques avec le secteur financier :

  • Banco Popular Dominicano et l’Instituto Tecnológico de Santo Domingo (Intec), avec lesquels ils ont lancé Emprendedores Naranja, un outil qui met à la disposition des créatifs un prêt pour l’entrepreneuriat, avec des conditions particulières en termes de modalités et de taux.
  • Banco de Reservas, signant un accord pour stimuler la compétitivité et la productivité des MPME, le programme leur fournira une éducation financière et une transformation numérique pour stimuler leur développement.
  • Visanet, les entrepreneurs bénéficieront d’un traitement simplifié pour l’affiliation des entreprises, de formations sur l’utilisation correcte des outils de commerce électronique, entre autres aspects intéressant tous les entrepreneurs qui entameront la transformation numérique de leur entreprise.
  • Servicios Digitales Popular AZUL, une filiale de Banco Popular Dominicano, pour offrir des remises et des prix spéciaux aux MPME afin qu’elles puissent progresser dans leur écosystème de paiement numérique et augmenter leurs ventes.
  • Banco Promerica, une initiative destinée aux femmes, qui auront accès à des services financiers préférentiels dans cette entité.

Industrie créative

Environ 11% des services exportés de la République dominicaine correspondent à des services modernes, parmi lesquels le ministre a mis en avant l’industrie créative et culturelle.

Il a expliqué qu’avec les accords avec le secteur financier, un « éventail d’opportunités » s’ouvre pour les personnes et les entreprises, en particulier celles qui se consacrent aux services :

  • Logiciel
  • Services de soutien aux processus d’affaires
  • Jeux vidéo
  • Conception graphique
  • Musique
  • Mode
  • Artisanat
  • Gastronomie
  • Cinéma
  • Animation

En cinq ans, l’industrie créative du pays a contribué à environ 1,5 % du produit intérieur brut (PIB) et à 12 % de l’emploi total, ce qui en fait un élément clé de la diversification des exportations de services.

Source: Diariolibre.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + trois =

Verified by MonsterInsights