Beauté du Salto del Doce, à Gonzalo, Monte Plata

La beauté du Salto del Doce, à Gonzalo, Monte Plata, donne l’impression d’un lieu mystique.

Le Salto del Doce est l’une des nombreuses attractions touristiques du district municipal de Gonzalo, dans la province de Monte Plata.

Malgré tout, elle n’est pas très populaire, ce qui contraste avec sa végétation exubérante, ainsi qu’avec la fraîcheur et la profondeur de ses eaux.

Il a été nommé d’après les numéros attribués aux parcelles de canne à sucre. Les habitants racontent des histoires à la limite du mystique, car la beauté est telle qu’il ne serait pas difficile de croire que Poséidon lui-même y a installé une maison d’été sous-marine.

Comment s’y rendre

Le point de rencontre est à Gonzalo. Il se trouve à environ 800 mètres après l’entrée de Sabana Grande de Boyá, sur le côté ouest de la route, si vous venez de Saint-Domingue. Vous devrez faire attention en conduisant, car la signalisation est presque inexistante.

Toutefois, les lieux à visiter ont été enregistrés sur les plateformes de cartographie les plus courantes telles que Waze et Google Maps.

Pour arriver au Salto, il faut revenir sur l’autoroute du Nord-Est depuis Gonzalo et remonter d’une centaine de mètres en direction de Santo Domingo.

Une allée non balisée mène à un terrain qui sert habituellement de parking, juste à côté d’une maison familiale (la seule du quartier).

De là, vous devriez avoir le temps de marcher pendant au moins vingt minutes à travers les arbres.

En chemin, vous rencontrerez de nombreux buissons de goyaves, dont vous pourrez profiter après avoir vérifié qu’il n’y a pas de ruches de guêpes sur les branches.

3 spas différents

Sur le chemin du Salto del Doce dans la communauté de Gonzalo, Monte Plata.

Sauts précédents

Il fait chaud, très chaud. N’oubliez pas d’emporter de l’eau. Bien que vous soyez en route pour Salto del Doce, vous en rencontrerez deux autres en chemin.

La première est La Vuelta del Culo, mais à cause du nom qui lui a été attribué, sur la carte elle a été enregistrée par le guide Miguelángel Betances seulement comme : La Vuelta.

Les habitants ont leur propre explication. Ils disent ne pas connaître un seul visiteur qui n’ait pas glissé et ne soit pas tombé sur les fesses, d’où le nom.

C’est le lit de la rivière Boyá, la source d’eau qui alimente la municipalité de Sabana Grande de Boyá.

Salto del DoceEn même temps, le lit de la rivière contient de petites cavités dans lesquelles une ou deux personnes peuvent entrer. À La Vuelta, vous pouvez nager en toute confiance et une visite à ce seul endroit vaut la peine.

Plus de l’itinéraire

En continuant le long du même lit de la rivière, on arrive à la piscine Los Profesores. On l’appelle ainsi parce qu’à la fin de l’année scolaire, les voyages scolaires s’y arrêtaient car l’eau est propice à la baignade des enfants. Il n’y a pas de surprise.

C’est à ce moment que commence le dernier des parcours : Le Salto del Doce, qui se trouve à environ cinq minutes.

Il s’agit essentiellement d’une goutte de terre sur laquelle tombe l’eau du fleuve et qui, en raison de la pression de l’eau, s’est agrandie au fil du temps.

Il est d’une profondeur considérable. Un gilet de sauvetage vous permettra de profiter de la zone de baignade sans vous inquiéter.

À propos du village

Gonzalo est un village de gens humbles, forgé à l’origine dans l’ombre de la municipalité de Sabana Grande de Boyá et facilement accessible par l’autoroute du Nord-Est.

Il y a un peu plus de quatre ans, l’élevage, l’agriculture et la culture de la canne à sucre ont trouvé un éventuel rival de production qui commence déjà à faire ses premiers pas : l’arrivée de visiteurs désireux de profiter de ses sources d’eau.

« Ici, nous avons la cascade du Salto de Socoa, la randonnée dans le parc de la biodiversité, le site du Salto de Socoa, deux rivières souterraines, la Cueva de los Murciélagos, le Charco Azul et le Salto del Doce », explique Miguelángel Betances, qui est la personne qui a pris sur elle de faire connaître certaines des attractions mentionnées ci-dessus, en utilisant les réseaux sociaux.

C’est comme ça que ça a commencé

Betances, 20 ans, étudiant en langues modernes, a trouvé sa passion lors d’une mission universitaire.

« Je devais enseigner des matières en rapport avec le tourisme et, à une occasion, il y a eu une excursion à Caño Hondo pour voir le parc national Los Haitises. Cela m’a motivé à développer le tourisme rural dans mon village et c’est ainsi qu’est né le projet Gonzalo es Bello », a-t-il expliqué.

Betances dit qu’il a commencé par publier des photos prises avec son téléphone portable. Lorsque les premiers visiteurs sont arrivés, il n’avait même pas d’argent pour les frais.

Mais tout s’est construit au fur et à mesure et, à ce jour, il dispose d’une équipe de dix personnes qui font office de guides, de gardiens de parking, de personnel de sécurité et de personnel de cuisine.

Il reçoit souvent des groupes de plus de cinquante personnes, à qui il propose la cuisine des ménagères de Gonzalo comme option gastronomique.

Ce jeune homme enthousiaste voit dans le management un moyen d’aider les habitants de sa communauté.

En savoir plus: DESTINATIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

huit + huit =