L’Espagne et la Colombie conseillent sur le processus de transformation de la police dominicaine

L’Espagne et la Colombie participent au processus de transformation et de modernisation de la police nationale dominicaine, dont l’image s’est détériorée à vue d’œil ces derniers mois, a annoncé dimanche le président Luis Abinader.

La transformation de la Police nationale comprendra l’évaluation de chacun de ses membres, l’amélioration de la qualité de vie des agents et l’acquisition d’équipements pour superviser le travail qu’ils effectuent dans les rues, a déclaré le chef de l’État lors d’une conférence de presse au siège de l’exécutif.

Le président a évoqué les résultats de la commission qu’il a nommée il y a plusieurs mois pour recommander des mesures correctives à appliquer dans les forces de police.

L’évaluation de « chacun » des quelque 40 000 membres des forces de police sera effectuée par un cabinet international « reconnu », dont les fonctions seront supervisées par les Nations unies et les forces de police colombiennes et espagnoles.

Ce processus sera mis en œuvre dans un délai maximum de 18 mois, a ajouté le président, qui a annoncé que le directeur de la police nationale espagnole, Francisco Pardo Piqueras, se rendra dans le pays le 25 novembre.

La Colombie et l’Espagne conseilleront également la République dominicaine sur la restructuration de l’Institut d’éducation de la police, dont la période de formation des aspirants policiers passera de six mois à un an.

« Lundi 25 octobre, nous promulguerons le règlement de la loi organique de la police nationale, dont l’application a été retardée de cinq ans pour des raisons inconnues », a déclaré le chef de l’État, révélant qu’il y a des policiers dans les rues avec « à peine deux mois » de formation.

Parmi les mesures à prendre figure un audit de la police.

Il s’agira également de réduire le nombre élevé de hauts gradés de la police sans fonction, ainsi que la « distorsion » des salaires de l’institution.

« Nous sommes confrontés à un travail difficile, dur, qui consiste à changer une structure qui, pendant des décennies, a servi dans un certain chaos à d’autres fins, mais comme je l’ai déjà dit, je ne me fatigue ni ne me lasse (…) confiance dans le travail de cette commission et le gouvernement et les citoyens de faire également leurs plaintes », a déclaré Abinader.

Avant ses propos, Abinader a limogé le directeur général de la police nationale.

Plusieurs citoyens ont été abattus par des policiers au cours des derniers mois, notamment un couple de religieux abattu à un poste de contrôle et un architecte poursuivi à mort par un sous-officier après avoir reçu une balle dans la tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 5 =