FIAP: les fonds de pension font avancer les pays

L’association internationale des AFP et l’ADAFP clôturent le XIXème séminaire international de la FIAP dans le but de communiquer plus et mieux sur le système et l’impact des investissements des fonds à financement individuel sur le développement économique.

L’investissement des fonds de pension a un impact important sur l’économie, sur le renforcement des secteurs productifs et sur l’amélioration de la qualité de vie des communautés, en plus de remplir son objectif principal, qui est d’augmenter l’épargne des travailleurs pour une meilleure retraite.

C’est ce qu’ont déclaré les intervenants et les panélistes du XIXème séminaire international FIAP 2022 « Défis et solutions pour les retraites d’aujourd’hui et de demain », qui s’est achevé vendredi dernier à Punta Cana.

Après le dernier panel, qui portait sur la manière dont les AFP et l’investissement des fonds de pension en bourse génèrent une rentabilité économique et sociale en République dominicaine, le président de la Fédération internationale des administrateurs de fonds de pension (FIAP), Guillermo Arthur, a déclaré que les témoignages recueillis lors de ce dernier panel montrent l’importance de « rendre tangible la façon dont les fonds de pension sont capables de faire progresser les pays » et a souligné dans son discours de clôture la valeur de la coopération public-privé, entre l’État et les entreprises, pour la croissance de l’économie, renforçant dans ce cas le système de retraite par capitalisation.

Dans le dernier panel, Yamil Isaías, PDG de Pioneer Investment Funds, a souligné qu’en 2018 cette société a placé le premier investissement des fonds de pension dans le tourisme, ce qui a été le cas de l’Hôtel Club Med à Miches, avec lequel ils ont réussi à obtenir que le gouvernement investisse dans des infrastructures pour améliorer l’accessibilité à cette zone et que grâce à cet investissement cette communauté et le secteur hôtelier reçoivent un nouvel aqueduc, la sécurité, la gestion environnementale et une zone pour la gestion des déchets. « Aujourd’hui, Miches est une nouvelle destination touristique en République dominicaine et fait partie des priorités du gouvernement », a déclaré M. Isaías.

Raúl Hoyo, PDG d’Altio, a fait particulièrement référence au développement du secteur de l’électricité depuis la mise en place du système de retraite. Alors qu’en 2003, la capacité installée était de 3 300 mégawatts et qu’à l’exception des centrales hydroélectriques, il n’y avait aucun projet renouvelable, à ce jour, la capacité installée s’élève à 5 200 mégawatts et 26% de l’énergie est renouvelable « grâce à l’investissement des fonds de pension par le biais de fonds d’investissement », avec des parcs éoliens et solaires.

De son côté, Andrés van der Horst, gérant de Fiduciaria Reservas, a valorisé l’impact de l’investissement des fonds de pension dans l’amélioration des infrastructures et le développement du tourisme et a estimé que la preuve en est que le RD Vial Trust est désormais financé par des fonds de pension. Il a également déclaré que le projet de développement touristique à Pedernales représente une opportunité de continuer à avoir un impact social et économique avec les fonds de pension.

« Je suis convaincu que tout le sud, à travers le développement de Pedernales, va changer toute sa physionomie économique, et quelle grande opportunité c’est quand on peut combiner l’épargne des travailleurs à travers l’AFP, un rendement attractif, avec un investissement de l’État dans quelque chose qu’ils peuvent voir, qu’ils peuvent sentir », a-t-il dit.

Dans le même bloc, Felipe Amador, PDG d’Advance Asset Management, a présenté des cas réussis d’investissements tels que Grupo Bolin et Pan Pepín, en 2019, qui ont permis la mise en œuvre de synergies et d’améliorations opérationnelles et financières et l’augmentation de 40% de la part de marché dans le pays dans leur catégorie. « Nous laissons des dizaines d’entreprises prêtes en termes de gouvernance, de rapports, de transparence et d’information, qui, en cas d’émission d’obligations ou d’actions, seraient hautement qualifiées pour participer », a-t-il déclaré.

De son côté, la vice-présidente exécutive de la Bourse et du marché des valeurs mobilières de la République dominicaine (BVRD), Elianne Vilchez, a évoqué l’évolution du marché boursier local et a souligné la croissance des investissements des fonds de pension dans les entreprises du secteur privé. Le panel sur le marché local était animé par José Yude d’Alpha Valores.

La conférence du jour a été donnée par Xavier Sala-i-Martín, économiste de renom et professeur à l’université de Columbia, qui a cité comme défis la réduction de l’emploi stable, l’uberisation, la désintermédiation et le travail indépendant à distance parmi les facteurs susceptibles de favoriser l’informalité et de contribuer à la réduction des cotisations aux systèmes de retraite.

Comme moyen d’expérimenter des solutions, Xavier Sala-i-Martín a parlé d’un système mixte dans lequel, en plus des fonds de pension, les gouvernements garantiraient un minimum pour la survie dans la vieillesse. Il a également suggéré d’élargir la gamme d’investissements et d’utiliser la technologie et l’intelligence artificielle pour optimiser la relation avec les membres. Il a également recherché des « solutions comportementales » pour remédier à la tendance à la gratification immédiate qui fait que les êtres humains ne donnent pas la priorité à la planification de la retraite.

L’heure des réformes en République dominicaine

Lors du séminaire, le président exécutif de l’ADAFP, Kirsis Jáquez, a affirmé qu’il est temps de mener à bien un processus de réforme qui permettra d’accorder des pensions plus nombreuses et meilleures, et de continuer à générer une rentabilité économique et sociale pour les membres et le pays avec l’investissement des fonds.

M. Jáquez a présenté les propositions de réforme de l’ADAFP, qui visent à rendre le système universel et solidaire, y compris pour les travailleurs indépendants et informels, en permettant aux Dominicains vivant à l’étranger de retirer leurs fonds ; à réduire de 25 à 15 le nombre d’années de cotisation requises pour accéder aux pensions minimales contributives ; à garantir des pensions minimales de solidarité pour éviter le risque de dénuement dans la vieillesse ; à faire en sorte que les pensions d’invalidité soient viagères ; et à équilibrer les taux de remplacement entre hommes et femmes.

Olga María Novar, directrice de la réglementation à la surintendance du marché des valeurs mobilières, a cité comme défis pour le marché la nécessité de permettre l’investissement dans des titres étrangers, de parvenir à une plus grande participation des fonds de pension dans le secteur réel de l’économie, y compris l’investissement direct dans les infrastructures par le biais de partenariats public-privé.

Le directeur technique de la Surintendance des Pensions (SIPEN), Juan Carlos Jiménez, a partagé la vision stratégique de cette entité, axée sur l’élargissement du champ de la supervision et de la réglementation et la simplification des procédures ; sur le service aux usagers et le renforcement institutionnel.

Du côté des entreprises, José Goris, directeur actuariel de Seguros Universal, a déclaré que parmi les principaux défis auxquels est confronté le secteur de l’assurance figurent les augmentations des prestations d’invalidité, qui passent de temporaires à viagères. De son côté, Lucas Gaitán, président exécutif d’UNIPAGO, a présenté l’expérience locale avec la société de gestion et de conservation des bases de données, dont le modèle de fonctionnement est bénéfique pour le système et ses membres.

Dans ce bloc sur le système dominicain, le spécialiste David Tuesta a présenté ses réflexions et perspectives après deux décennies de réforme des retraites en République dominicaine en 2001, qui sont contenues dans le livre Prosperidad y Pensiones (Prospérité et retraites), diffusé en mars par l’ADAFP.

La réforme du Mexique et le défi de l’amélioration des retraites

Bernardo González, président de l’Association mexicaine des Afores (AMAFORE), a présenté la réforme des retraites du Mexique approuvée en 2021, qui a réduit de 24 à 15 les années de cotisation requises pour avoir accès à une indemnité de départ et à une pension de vieillesse. Cette réforme a approuvé l’augmentation progressive du taux de cotisation des travailleurs pour obtenir une meilleure pension, de 6,5 % actuellement à 15 % en 2030, ce qui augmentera le taux de remplacement.

Waldo Tapia, grand spécialiste du marché du travail et coordinateur des pensions de la Banque interaméricaine de développement (BID), a participé au séminaire et a parlé de la vision des pensions en 2050. Le chef de l’Unité des pensions de l’OCDE, Pablo Antolín, a parlé de l’expérience de la région en matière de systèmes de pension.

David Blake, directeur du Pensions Institute de la City University of London, a parlé de la manière d’offrir de meilleures pensions et a cité le programme Save More Tomorrow, par lequel les gens acceptent de commencer ou d’augmenter régulièrement leur épargne lorsqu’ils reçoivent une augmentation de salaire, et les mécanismes d’inscription automatique qui sont un élément clé de la planification des pensions aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Le XIXème séminaire international de la FIAP s’est tenu les 6 et 7 octobre et a été suivi par quelque 300 personnes en personne, provenant de plus de 15 pays, et par quelque 500 participants qui ont suivi l’événement virtuellement – via la diffusion en direct de la chaîne YouTube de l’ADAFP.

L’événement a été inauguré par la vice-présidente de la République, Raquel Peña, et a vu la participation du président du Conseil national de la compétitivité, Peter A. Prazmowski, des représentants des institutions du système de sécurité sociale, des AFP, des banques, des fonds d’investissement, des agents de change, des associations d’entreprises locales et étrangères, des spécialistes de la sécurité sociale, des journalistes, des économistes, entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + sept =