Cartagena sera la capitale musicale des Caraïbes Spécial DR

Ce vendredi 15 juillet, La Mar de Músicas est de retour. Carthagène deviendra une fois de plus la porte ouverte à la musique d’Amérique latine et d’Afrique. Pour cette édition, le festival tourne son regard vers les Caraïbes, avec la République dominicaine comme pays invité. Mais en plus de présenter les nouveaux sons du pays des Caraïbes, le festival de Carthagène a à son programme Zucchero, Jacob Collier, Melody Gardot, Eliades Ochoa, Yann Tiersen, Youssou N’Dour, Omara Portuondo, Tanxugueiras, La M.O.D.A., La Cabra Mecánica et Guitarricadelafuente. Tant pour consulter le programme que pour acheter des billets, vous pouvez le faire sur le site web de La Mar de Músicas.

La 27e édition du festival réunit 41 noms de la scène musicale internationale, nationale et locale, issus d’une douzaine de nationalités différentes. En plus de la République dominicaine, il y a des artistes du Mexique, de Cuba, de France, d’Italie, du Sénégal, de Porto Rico, du Royaume-Uni, de Colombie, des États-Unis et d’Espagne.

Cette année, le festival mettra l’accent sur la nouvelle scène musicale qui a émergé en République dominicaine. La musique plus traditionnelle a cédé la place à une nouvelle, pleine de groupes alternatifs électroniques et indépendants. Cette génération sans préjugés vient à La Mar de Músicas poussée par l’explosion mondiale des rythmes latins pour montrer une version renouvelée des rythmes traditionnels tels que le merengue, la bachata et le mambo. Du 15 au 23 juillet, Cartagena accueillera, entre autres, Xiomara Fortuna, considérée comme l’une des créatrices les plus transcendantes des Caraïbes ; Mula, un combo tropical futuriste de merengue et de reggaeton ; et la savoureuse union du rock et des rythmes tropicaux de Riccie Oriach.

Le festival accueillera également l’écrivain et agitatrice culturelle Rita Indiana, considérée comme l’une des 100 personnes les plus influentes d’Amérique latine. Vicente García, lauréat de 3 Latin Grammys et l’un des musiciens latino-américains les plus talentueux, beaucoup l’appellent déjà le successeur de Juan Luis Guerra. La jeune actrice et chanteuse Letón Pé est également une protagoniste de cette nouvelle vague. Se produira également à Cartagena l’un des artistes les plus viraux du moment : Alex Ferreira, qui s’inspire des ballades latines de la vieille école. L’entourage est complété par Sandro Reyes avec une célébration de l’un des genres qui est déjà un patrimoine mondial : la bachata.

Six étapes

La musique sera jouée dans six lieux différents. Les premières heures du Château arabe sont de retour avec la scène Estrella de Levante après les représentations du vendredi et du samedi à l’auditorium Paco Martín du Parque Torres, ainsi que les concerts gratuits en direct sur la place de la mairie et le mercredi soir au Paseo del Puerto. En outre, il y aura les concerts habituels sur la scène Repsol dans le Patio del Antiguo CIM et le programme du matin sur la terrasse du Real Club de Regatas. Dans cette dernière enclave au bord de la Méditerranée, se trouvera la scène « Somos de Aquí », qui servira de vitrine aux groupes de la région. Les artistes suivants se produiront à 13 heures du 15 au 23 juillet dans cet ordre : Laura Sam et Juan Escribano, Marcelo Criminal, CartagenaFirmado Carlota, Adiós Noviembre, Mala Cotton, Franvvi, Maestro Espada, filamento et Goblin Circus.

Le conseil municipal de Cartagena décerne cette année le prix La Mar de Músicas au Sénégalais Youssou N’Dour. La cérémonie de remise du prix aura lieu avant son spectacle à l’auditorium Paco Martín, le lundi 18 juillet. La superstar de la musique africaine est l’une des personnes les plus influentes au monde, une icône populaire pour son engagement dans les questions sociales et culturelles, capable de combiner tradition et modernité dans sa musique, et un combattant infatigable des préjugés sur le continent africain.

Parallèlement, un jury composé de journalistes et de professionnels du secteur de la musique a décerné au jeune Ed Maverick le 2e prix Paco Martín du meilleur nouvel artiste de la musique mondiale. Le Mexicain se produira le jour de l’ouverture, le 15 juillet, dans le Patio del Antiguo CIM. Pour le jury, « la chanteuse représente comme personne la nouvelle vague d’auteurs-compositeurs qui éblouissent par leur sensibilité, leur simplicité et leur naturel ».

Programme

Senza una donna », du rockeur et bluesman italien Zucchero, sera l’un des premiers succès de l’Auditorio Paco Martín del Parque Torres le vendredi 15 juillet. La grande diva du jazz Melody Gardot se produira le samedi 16. L’Américaine revient après sa performance de 2015 avec un nouvel album de voix et de piano. Les premières heures du Castillo Árabe se termineront vendredi soir avec la star dominicaine Vicente García, tandis que samedi, les premières heures de la matinée seront consacrées à la danse avec le groupe cubain Cimafunk.

Le dimanche 17, le Français Yann Tiersen se produira, un compositeur incontestablement habile, doué pour assembler ses œuvres à partir de motifs mélodiques minimaux et évocateurs à chaque instant. Le mardi 19, la Cubaine Omara Portuondo entamera sa tournée d’adieu sur les scènes européennes dans la ville qui l’a accueillie tant de fois. Entre-temps, le jeudi 21, on fêtera le 25e anniversaire du premier disque de La Cabra Mecánica, « Cuando me suenan las tripas ». Un événement pour apprécier l’un des groupes emblématiques de la musique espagnole.

L’auditorium Paco Martín sera également un haut-parleur pour l’une des voix émergentes déjà établies dans la musique espagnole : Guitarricadelafuente. L’artiste de Castellón se produira dans la nuit du vendredi 22 au samedi, pour présenter son dernier album, « La Cantera ». Après sa performance en direct, ce sera le tour de la dominicaine Rita Indiana, qui fera monter la musique de son « Mandinga Times » dans le ciel du château mauresque. La 27e édition clôturera l’Auditorium Paco Martín le samedi 23 avec la virtuosité du multi-instrumentiste britannique Jacob Collier. Considéré comme l’enfant terrible du jazz ou le Mozart de la génération Z. Le festival s’achèvera au Castillo Árabe avec la fusion de musique latine, R&B, disco et pop du dominicain Letón Pé.

La scène Repsol du Patio del Antiguo CIM présentera un programme éclectique d’artistes avec les concerts de 21h30. Le festival y démarre le vendredi 15 juillet avec l’une des idoles de la génération Z mexicaine : Ed Maverick, qui recevra le prix Paco Martín du meilleur nouvel artiste de la musique mondiale. Le samedi 16, ce sera jazz et bossa nova avec la tromboniste catalane Rita Payés. La Colombienne Lido Pimienta présentera son mélange de tradition et de pop électronique et synthétique le dimanche 17. Le lundi 18, les chansons cubaines du Buena Vista Social Club seront interprétées avec la voix d’Eliades Ochoa. Le mardi 19, Muerdo sera sur scène pour célébrer sa tournée « 10 ans de Flores, Viento y Fuego ».

Alors que le flamenco le plus féminin, le plus courageux et le plus joyeux de Las Migas sera joué lors d’un concert gratuit le mercredi 20 (jour de Repsol). Le piano du Français Sofiane Pamart, l’un des artistes de musique classique contemporaine les plus joués du moment, brillera le jeudi 21. Le talent et la douceur de la Canarienne Valeria Castro donneront le tempo de la soirée du vendredi 22, tandis que la dernière soirée du CIM, le samedi 23, s’ouvrira à une nouvelle dimension du flamenco avec Rosario La Tremendita.

Bachetódromo

Cette année, les populaires concerts gratuits sur la place de l’hôtel de ville sont de retour. Du 15 au 23 juillet, neuf concerts live sont programmés, tous à 20 heures. La reine de la fusion dominicaine Xiomara Fortuna sera la première le vendredi 15 juillet. Le samedi 16, la violoniste María de la Flor se produira, combinant le folklore hispanique et latino-américain. Le dimanche 17, le son futuriste du trio dominicain Mula, plein d’électronique et de rythmes caribéens, arrivera. Dans la continuité de cette nouvelle scène sur l’île, le guitariste dominicain Alex Ferreira se produira lundi avec sa guitare.

Le lendemain, mardi 19, ce sera le tour de son compatriote Riccie Oriach, multi-instrumentiste de la toute nouvelle vague des rythmes tropicaux. Le mercredi 20, la Plaza del Ayuntamiento se transformera en une véritable fête de la bachata avec le dominicain Sandro Reyes, transformant le centre de Carthagène en un « bachetódromo ». Le groupe ghanéen Santrofi se produira le jeudi 21, remplissant la place de highlife. Les Mexicains Daniel, Me Estás Matando surprendront avec leur rénovation particulière du boléro le vendredi 22. Et la clôture de cette scène sera assurée par le groupe sévillan Vera Fauna le samedi 23 avec une catharsis de textures psychédéliques, funk et disco.

La marque de fabrique du festival est ses activités parallèles. Depuis le 6 juillet, La Mar de Cine, La Mar de Arte et La Mar de Letras se déroulent, donnant une vision globale de la culture du pays invité : la République Dominicaine. Le festival comporte également une section pour les enfants avec des ateliers.

Les billets pour le festival sont épuisés. Les billets peuvent être achetés sur le site officiel du festival, lamardemusicas.com. Les billets sont vendus virtuellement. Les guichets n’ouvriront que deux heures avant le début du festival s’il reste des billets.

La Mar de Músicas est organisée par le conseil municipal de Cartagena et est parrainée par Repsol, Estrella de Levante et le gouvernement régional par le biais de la marque de festivals de la région de Murcie et de l’Institut des industries culturelles. La Mar de Músicas bénéficie également de la collaboration du ministère du Tourisme de la République dominicaine, de l’ambassade de la République dominicaine en Espagne, de Kia Talleres M Gallego, de Radio 3, de l’Université polytechnique de Cartagena, d’Iberpiano, d’Ikea, de Soltec, de Lhicarsa, d’Hidrogea, d’Alsa, de Crusol et de Plus Ultra.

En savoir plus: CULTURE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 − six =