Hôteliers demandent la régularisation des bateaux à Bávaro

Les hôteliers demandent de réglementer l’utilisation des bateaux dans la barrière de corail de Bávaro

Des représentants du secteur hôtelier opérant dans les environs de la plage de Bávaro ont demandé l’intervention des autorités pour réguler le nombre d’embarcations qui circulent dans un récif corallien de la zone pour le transport de touristes en excursion.

Ils dénoncent le fait que beaucoup de ces bateaux circulent dans la zone utilisée par les baigneurs, en plus du fait que les moteurs avec lesquels ils fonctionnent génèrent un impact environnemental négatif sur la zone, dont le récif corallien a déjà été affecté par le blanchiment, exacerbé par l’augmentation de la température des océans.

Ernesto Veloz, président de l’Association des hôtels de l’Est (Asoleste), a déclaré qu’ils se sont plaints en permanence de plusieurs problèmes liés à la motorisation et à l’eau.

« Nous avons un très grand nombre de bateaux ; il y a des compagnies d’excursions qui enregistrent deux ou trois bateaux, mais elles en ont dix. Ils emmènent les gens, les jettent sur la plage et vont se garer devant la barrière de corail », a-t-il ajouté.

On ne sait pas où vont les déchets.

Il a ajouté que l’on ne sait pas où ils récupèrent les déchets des bateaux qui ont des toilettes, selon le Diario Libre.

Veloz et Albania Martínez, présidente de l’association aquatique de Bávaro, demandent une étude sur la capacité d’accueil de la plage de Bávaro.

Mme Martínez a indiqué que la demande avait été adressée au ministère du tourisme (Mitur), une institution qui, selon elle, leur a fait remarquer qu’il ne fallait pas entraver le libre-échange.

Regular Barcos Bávaro« Nous comprenons que la zone est petite pour le grand nombre de bateaux qui opèrent », a-t-il déclaré.

Selon les données préliminaires de l’association, quelque 600 bateaux opèrent dans la zone. Les excursions ont généralement lieu à proximité d’un récif naturel où l’on pratique la plongée avec masque et tuba.

Le directeur de l’association aquatique de Bávaro a ajouté que, conjointement avec Asoleste, la marine et d’autres entités ont développé en 2016 un chenal de navigation s’étendant jusqu’à Punta de los Nidos, afin d’éviter les accidents avec les baigneurs.

« Il est devenu incontrôlable et nous avons essayé de le reprendre après la pandémie. Les mouillages ont été faits avec des GPS (…) ; ici, il n’y a pas de marina ou de quai pour l’entretien », a expliqué M. Martínez.

Il a indiqué que les entreprises les plus régularisées emmènent leurs bateaux à Cap Cana et dans d’autres régions à cette fin.

Déficiences

Pour Rita Sellares, directrice de la Fondation dominicaine d’études marines (Fundemar), la pollution est la conséquence d’un mauvais entretien des bateaux utilisant des moteurs à deux temps. « Le problème est que lorsqu’ils changent l’huile, ils la jettent souvent dans l’eau et la remplissent ensuite, au lieu de la changer à l’extérieur », a-t-elle déclaré.

Fundemar travaille à la reproduction assistée des coraux dans le pays, un travail qu’il effectue largement dans la région orientale. Lorsqu’on lui demande s’il a remarqué un impact négatif sur ces espèces en raison de mauvaises pratiques avec les moteurs à deux temps, il répond : « Certains bassins n’ont pas eu de bons résultats en matière de reproduction assistée, nous soupçonnons que cela est dû à la contamination par du carburant ou de l’huile. Il est courant de voir de l’huile et de l’essence à la surface ».

Source : Arecoa.com

En savoir plus : Hôtels, Actualités

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 9 =

Verified by MonsterInsights