RD et Colombie signent une déclaration conjointe

Les présidents de la RD et de la Colombie signent une déclaration conjointe créant une zone océanique protégée dans la mer des Caraïbes

Les présidents Luis Abinader, de la République dominicaine, et Ivan Duque, de la Colombie, ont signé mardi une déclaration commune portant création d’une zone océanique protégée pour la conservation de la chaîne de montagnes sous-marine connue sous le nom de Cresta de Beata, dans la mer des Caraïbes. Le pays devient ainsi un modèle pour la région des Caraïbes, puisqu’il est le premier pays à se rapprocher de l’initiative mondiale 30 x 30, bien avant 2030.

Cette zone sera baptisée sanctuaire marin Orlando Jorge Mera, en l’honneur du défunt ministre, qui travaillait sur ce projet de conservation depuis des mois.

Les corridors écologiques sont des zones qui ont pour fonction spécifique de relier des espaces de grande importance écosystémique pour permettre le déplacement des espèces qui les habitent, afin que leurs populations ne soient pas isolées et permettent un échange génétique et énergétique.

La signature de la déclaration conjointe entre les deux gouvernements a eu lieu virtuellement, le président Luis Abinader et le ministre de l’environnement de la République dominicaine, Miguel Ceara Hatton, dans la salle des ambassadeurs du Palais national, et le président Iván Duque et le ministre de l’environnement et du développement durable de la République de Colombie, Carlos Eduardo Correa, depuis le pays sud-américain.

Objectif global 30 x 30

Dans son discours, le chef d’État dominicain a rappelé que l’idée de protéger massivement des zones de la planète a été consolidée dans les objectifs d’AICHI en 2010, lors de la réunion des parties à la Convention sur la diversité biologique.

Il a fait valoir que la République dominicaine est en train de créer les conditions favorables à la déclaration finale, notamment l’évaluation des dimensions biophysique, paysagère, socio-économique et culturelle, pour laquelle elle a conclu des alliances stratégiques avec la coopération internationale.

Au niveau mondial et en vertu du nouveau cadre sur la biodiversité et de l’accord de Paris, a déclaré le président, le pays s’est engagé dans l’initiative « Global 30 x 30 Target », qui, a-t-il expliqué, est un objectif stratégique pour le maintien de la vie de toutes les espèces et comprend la protection de 30 % des océans du monde d’ici 2030.

Doubler la superficie de nos mers territoriales

Luis Abinader Iván Duque« Actuellement, la République dominicaine a environ 11% (environ 45 000 km2) de ses espaces maritimes sous protection. Avec cette décision, nous doublons la superficie de nos mers territoriales qui sont des espaces marins protégés, ajoutant 49 000 kilomètres carrés à ceux qui existent déjà, une extension similaire à l’ensemble du territoire de la République dominicaine », a déclaré le président.

Il a ajouté que « notre pays devient ainsi un modèle pour la région des Caraïbes, en étant le premier pays à se rapprocher de l’initiative mondiale 30×30, bien avant 2030 ».

Selon le président Abinader, cette zone abrite une biodiversité et une concentration d’espèces exceptionnelles, dont certaines soutiennent la production halieutique et l’écotourisme. Il a précisé que cette zone formera un corridor biologique marin visant à assurer la conservation des environnements à haute particularité physique et biologique associés au système des monts sous-marins de la dorsale de Beata.

« La Colombie et la République dominicaine, à travers cette déclaration commune, envoient un message fort d’engagement en faveur de l’action climatique dans la région la plus riche en biodiversité du monde. Nous agissons, il est temps que tout le monde s’unisse », a déclaré le chef de l’État à la fin de son discours.

L’accord marque une étape importante

Le président colombien Iván Duque, dans un bref discours, a déclaré que le président Abinader est un dirigeant très sensible aux questions environnementales.

Il a déclaré que la signature de cet accord était en partie due au leadership du président Abinader, qui leur a permis de s’asseoir pour travailler sur ce qui serait un corridor binational de zones protégées.

« La chaîne de montagnes de Beata est une chaîne de montagnes sous-marines qui compte des milliers et des milliers d’espèces. Aujourd’hui, cela nous permet de dire que nous l’élevons à un statut international sans précédent en termes d’accords bilatéraux », a déclaré M. Duque.

Il a ajouté que la Colombie et la République dominicaine, avec la signature de cet accord, marquent une étape historique dans la politique environnementale régionale et une nouvelle étape dans les relations bilatérales entre les deux nations.

Il a également appelé les leaders environnementaux d’Amérique latine à se joindre à cette voix de l’union environnementale « afin que la science et la recherche nous permettent d’approfondir, par des relevés cartographiques et géographiques, la biologie et l’analyse conjointes des espèces endémiques de cette chaîne de montagnes ».

Le président Abinader était accompagné au salon des ambassadeurs par le ministre administratif de la présidence, José Ignacio Paliza, le ministre intérimaire de la présidence, Joel Santos Echavarría, le ministre de la culture, Milagros Germán et le vice-ministre de l’administration et des finances de MAPRE, Igor Rodríguez Durán.

En savoir plus: NATURE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

seize − 1 =