« Les voyages et le tourisme en République dominicaine en tant qu’environnement protecteur pour les enfants et les adolescents »

Le ministère du Tourisme de la République dominicaine organise pour la première fois, en collaboration avec l’UNICEF, l’UNIBE et ECPAT International, le groupe de travail qui vise à aborder des questions d’intérêt et à établir des actions et des bonnes pratiques pour protéger les enfants et les adolescents dans le secteur du tourisme.

L’événement se déroule dans la ville coloniale de Saint-Domingue, en présence d’Angelita Duarte de Melillo, ministre du tourisme du Paraguay, pays qui assure le secrétariat général du Groupe d’action régional des Amériques pour la prévention de l’exploitation des enfants dans les voyages et le tourisme (GARA).

Le conclave se poursuivra jusqu’à demain, date à laquelle la République dominicaine adhérera au GARA.

Les vice-ministres Patricia Mejía, de la gestion des destinations, et Carlos Peguero, de la coopération internationale du MITUR, représentaient le ministre David Collado.

Patricia Mejía, chargée du mot de bienvenue, a remercié les représentants des organisations internationales et du secteur du tourisme pour leur présence. Elle a souligné l’importance d’intégrer tous les secteurs de la chaîne de valeur du tourisme pour assurer le succès des initiatives et des stratégies.

Il a indiqué que la volonté du ministre Collado est de travailler à partir des environnements protecteurs afin que ce segment de la population dispose d’espaces plus sûrs.

« Depuis le MITUR, nous travaillons dur pour rendre les destinations plus sûres, non seulement pour les touristes, mais aussi pour tous les Dominicains », a-t-il déclaré.

Au cours de la session plénière, le ministre paraguayen du tourisme a déclaré qu’il était nécessaire de travailler de manière engagée, responsable et conjointe pour partager les réussites avec d’autres pays, en se soutenant mutuellement dans la mise en œuvre correcte de l’éradication de ce problème.

« Nous devons travailler à l’application du code de conduite avec les prestataires de services touristiques et mener une grande campagne de sensibilisation afin que les codes et les documents ne restent pas lettre morte et que les mécanismes et les protocoles activés nous permettent d’éviter ce type de crime dans nos destinations », a déclaré Duarte Melillo.

Peter de Wannemaeker, coordinateur de l’Unité de prise en charge des enfants et adolescents en situation de violence de l’Université ibéro-américaine (UNIBE), Aldo Insfran, directeur de la formalisation du secteur touristique du Secrétariat national du tourisme du Paraguay (SENATUR) et secrétaire technique de GARA, et Fabio González, coordinateur régional pour les Amériques d’ECPAT International, ont également pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture.

Étaient également présents le directeur général de la police du tourisme (POLITUR), Minoru Matsunaga ; Olga Diná, procureur général de la cour d’appel et directrice nationale de l’enfance et de l’adolescence ; des représentants de CONANI, Asonahores, ainsi que d’autres personnalités liées à la protection des enfants et des adolescents et au secteur du tourisme.

GARA

Il s’agit d’un organisme régional composé d’administrations nationales du tourisme et d’organisations internationales (IIN – OEA / ECPAT) en tant qu’observateurs.

Il a été créé à l’initiative du ministère brésilien du tourisme en 2005, au sein de la Commission pour la prévention de l’exploitation sexuelle des enfants (Task Force), coordonnée par la Commission d’éthique et de responsabilité sociale de l’OMT.

Ses membres sont l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, l’Équateur, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay et, en tant que nouveau membre actif, l’Uruguay.

Source: Mitur.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × un =

Verified by MonsterInsights