Mitur et l’environnement favorisent le développement de l’écotourisme

Le ministère du tourisme de la République dominicaine (Mitur) et le ministère de l’environnement, ainsi que les dirigeants de la société européenne Huttopia, Philippe et Céline Bonnssane, ont épuisé un programme d’activités chargé dans le cadre des plans visant à étendre le projet d’écotourisme à succès « Glampings » à la République dominicaine.

Lors d’un événement dirigé par le ministre de l’Environnement, Orlando Jorge Mera, les expériences et les succès obtenus par le groupe d’écotourisme Huttopia dans différentes zones protégées et son expansion depuis 1999, en tant que « nouvel art du camping », dans des pays comme la France, la Chine, les États-Unis et le Canada, ont été expliqués.

Au cours de cette activité, le scientifique et chercheur Raymond Desjardins a parlé de son expérience d’Huttopia dans différentes zones protégées et en tant qu’expert en conception d’espaces touristiques dans des environnements naturels protégés.

Outre le ministre de l’Environnement, les vice-ministres du Tourisme, Carlos Peguero, Jacqueline Mora, Roberto Henriquez et Patricia Mejia, ainsi que des représentants d’Huttopia, des directeurs et des techniciens des deux institutions étaient présents. La réunion a eu lieu hier à la Pontificia Universidad Catolica Madre y Maestra, avec la participation des vice-ministres,

Avant cette activité, les visiteurs du groupe écotouristique ont rencontré des organisations, des autorités, des conseils de quartier, des propriétaires d’entreprises et des parties intéressées au Monument naturel de Cabo Samaná, situé dans la municipalité de Las Galeras.

De même, ce vendredi matin, ils ont organisé une discussion avec des groupes environnementaux : Jaragua, Sur Futuro, Academia de Ciencia, entre autres, sur le même thème des expériences du projet Huttopia, qui a eu lieu dans la salle polyvalente du siège de Mitur.

Il s’agit de la deuxième visite dans le pays cette année des fondateurs de ce projet novateur d’écotourisme d’origine française, qui compte 80 « Glampings » dans le monde et plus de 1 400 employés en haute saison.

Les « Glampings », fusion des mots anglais « glamour » et « camping », consistent en des hébergements sous tente, beaux et créatifs, en tissu et en bois, et le groupe en compte 80 dans six pays sur trois continents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 − trois =