Les avantages de l’accord « ciel ouvert » entre le Canada et la RD soulignés

L’accord de transport aérien ou de ciel ouvert récemment signé entre le Canada et la République dominicaine est une  » étape importante  » dans les relations bilatérales et aura un  » impact direct  » dans plusieurs domaines, comme une plus grande capacité à protéger les usagers contre les  » augmentations injustes des prix « , a déclaré l’ambassadrice dominicaine dans ce pays, Michelle Cohen.

Cohen a réitéré certains des avantages que l’accord offre aux deux nations, notamment la libération de fréquences aériennes, la possibilité d’intégrer de nouvelles compagnies aériennes, accorde également des droits de trafic aérien ; renforce l’engagement et les garanties de sécurité des aéronefs, un meilleur service et une meilleure assistance au sol pour les aéronefs en provenance ou en transit vers le Canada.

« Un autre des avantages que le gouvernement a mis en avant suite à l’accord est la réduction du coût du transport aérien, une approche que Cohen corrobore en assurant qu' »une plus grande offre… la demande doit être incitée dans la réduction des prix », a-t-il ajouté.

Selon le diplomate, l’accord encourage également les compagnies aériennes à proposer des offres promotionnelles, ainsi qu’à veiller aux intérêts des usagers, par exemple en cas d’augmentation injuste du prix des billets.

« Les gouvernements ont une capacité beaucoup plus grande de protéger les consommateurs et d’avoir la capacité de vérifier les prix qui affectent le consommateur final, c’est-à-dire qui sont injustement augmentés », a-t-il expliqué.

Il a indiqué que « ces restrictions, qui sont généralement causées par l’abus d’une position dominante, les deux États pourront y intervenir », selon le Diario Libre.

Quand entre-t-il en vigueur ?

L’accord, signé le 2 février, est en attente des observations et du processus de ratification des deux pays, qui lui donneront la « force d’entrée en vigueur ». Ce processus relève de la responsabilité du Parlement canadien et du Congrès dominicain, a expliqué le diplomate.

« Chaque pays a son propre temps et son propre processus », a déclaré M. Cohen lorsqu’il a été interrogé sur la date possible d’application de l’accord.

La signature de l’accord de ciel ouvert entre la République dominicaine et le Canada est une « manifestation que dans les relations diplomatiques les bases de la confiance ont été posées » en République dominicaine et un « travail commun » visant cet objectif, a dit Cohen, sans vouloir réduire les efforts de chaque acteur impliqué dans un processus qui, selon eux, a pris environ 14 ans.

Selon les données de la présidence de la République, entre 2016 et 2021, les échanges commerciaux entre le Canada et la République dominicaine se sont élevés à 4 123,6 millions de dollars, dont 74% correspondent aux exportations dominicaines.

En termes de tourisme, le Canada est la deuxième source de visiteurs étrangers en République dominicaine, juste derrière les États-Unis. En janvier 2023, 122 000 Canadiens sont entrés dans le pays, pour 16% du nombre total de touristes arrivant dans le pays.

Source: Mitur.gob.do

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 15 =

Verified by MonsterInsights