Le festival de Huelva et l’industrie cinématographique dominicaine jettent des ponts vers la coproduction avec l’Espagne

Le Festival de cinéma ibéro-américain de Huelva renforce les relations de collaboration entre les industries cinématographiques dominicaine et espagnole lors de sa 49e édition, comme cela a été exprimé lors d’un événement organisé dans le cadre de la manifestation.

Le directeur du festival, Manuel H. Martín, et la directrice de la Direction générale du cinéma de la République dominicaine (DGCINE), Marianna Vargas Gurilieva, ont dirigé un événement au cours duquel ont été présentés quatre projets de films dominicains en phase de développement et de financement, à la recherche d’une coproduction espagnole.

Les quatre projets sélectionnés pour être présentés à Huelva sont représentatifs de la scène cinématographique dominicaine actuelle et sont dirigés par une nouvelle génération de cinéastes qui démontrent la diversité des voix et des thèmes dans l’industrie du pays caribéen. Il s’agit des productions « El sueño », de Victor Piñeyro ; « La mansa », de Karlina Veras ; « Maguana Racing », de Juliano Kunert ; et « PostPartum », de Yinna de la Cruz et du producteur Cristian Mojica.

« El sueño » est une histoire universelle et populaire, intéressante pour ses références. « La mansa », une histoire au ton particulier, avec des passages en Espagne. « Maguana Racing », un projet frappant, avec une prémisse particulière, et « Pospartum », une autre histoire populaire et universelle, avec la possibilité d’intégrer une distribution espagnole.

Marianna Vargas Gurilieva souligne les résultats positifs de la réunion : « Nous continuons à prendre des mesures importantes pour rendre visible le talent dominicain et promouvoir nos coproductions avec l’Espagne. Nous constatons de plus en plus que le cinéma dominicain se positionne dans les principaux festivals internationaux, car nous disposons non seulement d’une industrie en pleine croissance, mais aussi d’un capital humain expérimenté et d’une grande variété de sites qui font de nous le centre cinématographique de la région pour les coproductions cinématographiques nationales et internationales ».

« Nous travaillons depuis des années avec des institutions et des festivals dominicains et programmons les œuvres de leurs cinéastes, et cette année ne pourrait être différente. C’est pourquoi nous sommes très heureux que Huelva soit devenue un point de rencontre pour ces nouveaux projets qui relient nos cinématographies. C’est une opportunité pour eux, mais aussi pour nous en tant que festival, de générer des relations entre les deux industries », a déclaré Manuel H. Martín.

Le Festival de cinéma ibéro-américain de Huelva et la DGCINE ont signé un accord dans le cadre du Marché du film du Festival de Cannes 2023, afin de collaborer à la réalisation d’activités visant à promouvoir la coproduction entre l’Espagne et la République dominicaine lors des 49e et 50e éditions du festival.

Cet accord s’est traduit par une présence significative de l’industrie cinématographique dominicaine au festival de cette année, où deux productions dominicaines ont été retenues pour la sélection officielle. D’une part, le film « Boca Chica » (2023), qui fait partie de la section officielle des longs métrages, et d’autre part le court métrage « Solita en la Noche », dans la section officielle des courts métrages internationaux.

En outre, en prélude au festival, une série de films dominicains a été lancée sur la plateforme Filmin, composée de 11 films et d’un court métrage, en vue d’une distribution internationale.

Il s’agit de « Una película Sobre Parejas » et « Miriam Miente » de Natalia Cabral et Oriol Estrada, ce dernier ayant remporté le Colón de Oro à Huelva 2018 ; « Perejil » et « Carpinteros », de José María Cabral ; « Bantú Mama », d’Iván Herrera ; « Jean Gentil » et « La Hembrita », de Laura Amelia Guzmán et Israel Cárdenas ; « Liborio », de Nino Martínez Sosa ; « Carajita », d’Ulises Porra et Silvina Schnicer ; « Cocote », de Nelson Carlo de los Santos ; « Flor de azúcar », de Fernando Báez Mella, et le court métrage « Mofle », de Fernando Henríquez.

Source: presidencia.gov.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + trois =

Verified by MonsterInsights