Exportations de bananes biologiques en RD

La République dominicaine est un important producteur de bananes biologiques, dont la plupart sont destinées au marché international. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en 2018, le pays se classait au premier rang des producteurs de bananes biologiques avec 55 % de la production mondiale.

Selon l’Association dominicaine des producteurs de bananes (Adobanano), le pays compte 1 851 producteurs de bananes, dont 65 sont indépendants. Il existe 34 entreprises, dont 29 sont des exportateurs.

La production et l’exportation de bananes vers plusieurs pays européens et les États-Unis contribuent à la croissance du produit intérieur brut (PIB) du secteur agricole. Cependant, les bananes fraîches biologiques ont diminué de -11,3% en volume de tonnes métriques (TM) entre 2018 et 2022, passant de 140,1 TM à 124,2 TM.

Pour l’année dernière, les exportations de bananes biologiques ont généré 204,7 millions de dollars US, soit une différence de -8,9% par rapport aux recettes de 2018, qui s’élevaient à 224,9 millions de dollars US. En termes absolus, cela équivaut à 20,2 millions de dollars américains de moins.

Cependant, selon le ministère de l’Agriculture, les exportations de bananes traditionnelles (guineo) en 2022 ont totalisé 109,3 millions de dollars US, soit une variation de 69,9% par rapport à 2018, où elles s’élevaient à 64,3 millions de dollars US. Selon les données, 538 925 tonnes métriques ont été vendues sur le marché étranger au cours de cette période de cinq ans.

Le coordinateur de l’agriculture biologique de Bananos Ecológicos de la Línea Noroeste (Banelino), Gustavo Gandini, affirme que ce phénomène est dû au fait que l’Équateur a dépassé le pays en termes de surfaces plantées certifiées biologiques, de sorte qu’il comprend qu’à l’avenir, ils auront un plus grand potentiel d’exportation.

Il explique également que le marché dominicain a des coûts de production plus élevés que la nation sud-américaine. L’Équateur dépense en moyenne 3,00 USD pour produire un carton de 40 livres de bananes, alors qu’il en coûte 8,00 USD au producteur dominicain.

Fragilité du marché

Le pays des Caraïbes est confronté aux effets du changement climatique. Sa situation géographique et ses facteurs économiques constituent donc un risque, selon le « Global Risk Index ».

Un rapport de la Société allemande de coopération internationale sur le changement climatique et ses effets sur la production de bananes en Colombie, au Costa Rica, en Équateur et en République dominicaine prévoit que d’ici 2050, les provinces de Valverde et d’Azua connaîtront une diminution des précipitations de 23 % et 19 %, respectivement.

Par conséquent, les conditions climatiques entraîneraient des pertes de rendement agricole. Selon lui, si les pertes de production équivalent à une pénurie d’approvisionnement, les volumes du marché et des échanges se contracteront, ce qui entraînera une augmentation des prix de la banane.

Un autre facteur qui pourrait mettre le marché en péril est la nouvelle variante de la maladie « Panama » (du nom de son origine dans ce pays dans les années 1990), ou TR4, qui a fait des ravages dans le passé sur la variété de banane Johnson qui était produite auparavant et qui a été remplacée par la Cavendish, d’après le spécialiste.

Gandini comprend que malgré le fait que l’Agriculture ait effectué des exercices pour prévenir la propagation, qui affecte à la fois les bananes et les bananes plantains, plus de publicité et d’outils de détention sont encore nécessaires dans les aéroports.

Les producteurs de bananes du Costa Rica, de Colombie et du Nicaragua restent attentifs à l’apparition du champignon, qui bloque les tissus vasculaires des musacées, entraînant leur flétrissement.

Le départ

Le quai de Manzanillo, Monte Cristi, est le point le plus pratique pour les exportations de bananes en raison de sa situation géographique. Les producteurs consultés expliquent que la réhabilitation du port se traduirait par une réduction du coût du transport et du temps, puisqu’ils doivent se rendre aux ports de Saint-Domingue pour l’exportation.

Selon l’Institut international du développement durable, en 2015, le pays comptait 12 000 hectares de bananes biologiques et exportait plus de 240 000 tonnes (environ 150 millions de dollars). Environ 95 % de la production était destinée à l’Europe.

Source: Eldinero.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 12 =

Verified by MonsterInsights