La République dominicaine va privatiser ses services consulaires

Le ministère dominicain des affaires étrangères a annoncé mercredi qu’il allait passer des contrats avec des entreprises pour gérer les services consulaires, tels que les demandes de visa et les renouvellements de passeport, à la suite d’une controverse sur des irrégularités présumées.

Dans un communiqué, le ministère des affaires étrangères a annoncé l’appel, ouvert aux entreprises locales et internationales, à soumettre des propositions pour exploiter des services consulaires.

Le projet sera initialement mis en œuvre dans six villes, Buenos Aires, Barcelone, Boston, Caracas, Pékin et Santiago du Chili, selon l’appel d’offres.

Cette annonce intervient après que Listín Diario a publié une enquête sur des irrégularités présumées dans les consulats dominicains de plusieurs pays.

Rien qu’en Haïti, ce journal a enregistré qu’au moins 3 700 millions de pesos ont été collectés par les cinq consulats dominicains dans ce pays pour la délivrance de visas entre 2015 et 2020. Elle a également dénoncé la vente de visas à des prix différents et sans réglementation établie pour tous les demandeurs.

Aux États-Unis, la plainte porte sur le coût des services et sur le fait que de nombreux Créoles préfèrent venir en République dominicaine en raison des prix pratiqués par le consulat pour la délivrance d’un passeport.

La privatisation des services consulaires permettra « des progrès significatifs dans la réduction des temps d’attente, l’amélioration des canaux de communication et la transparence des revenus perçus », indique un communiqué du ministère des affaires étrangères.

Suivant les « expériences réussies » de pays comme le Salvador, l’Italie, le Guatemala et l’Espagne, le gouvernement de la République dominicaine « cherche à transformer de manière significative la façon dont les services consulaires sont fournis, en commençant par un plan pilote dans six endroits au cours de la première année », ajoute la note.

Compte tenu des résultats obtenus avec ce pilote, l’intention est d’étendre son application à davantage de villes afin de disposer d’une gestion « qui tire parti des outils disponibles en termes d’efficacité exigée par les utilisateurs », a-t-il ajouté.

La République dominicaine compte actuellement 47 consulats et 30 sections consulaires dans un nombre égal d’ambassades, qui servent une diaspora de plus de 2,5 millions de personnes, en plus des procédures de visa effectuées par les étrangers qui s’installent dans le pays principalement à des fins professionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × 5 =