Frank Rainieri présente les défis auxquels est confronté le tourisme en RD

Il a longtemps été le seul Dominicain au sein de la WTTC, où il siège au comité exécutif.

Frank R. Rainieri est le fondateur du groupe Punta Cana et le président de son conseil d’administration. Il est une référence sans équivoque pour le tourisme, non seulement en République dominicaine, mais dans le monde entier. Il est membre du comité exécutif du Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC).

Quand il parle de tourisme, c’est parce qu’il connaît le sujet, et il est très clair sur ce qui est en attente pour l’industrie dans le pays.

« Nous avons deux ou trois choses à réaliser en premier lieu. Il est très important de voir comment nous pouvons obtenir un prix du carburant plus compétitif, qui ne soit pas soumis aux fluctuations des besoins du pays, car cela est très délicat et envoie un mauvais message », a déclaré l’homme d’affaires au Diario Libre.

« La deuxième chose qui est importante est de voir comment nous soutenons les compagnies aériennes nationales qui volent vers des destinations aux États-Unis qui nous font concurrence, ce qui ne va pas être facile, ni dans deux ans, ni dans trois ans, parce qu’atterrir à Kennedy ou Miami pendant les heures normales n’est pas facile. Et si vous êtes largués à minuit, ceux qui vont voler sont les Dominicains, pas les touristes, mais il faut commencer par là », ajoute-t-il.

« Notre industrie atteint déjà un point où nous devrions penser à nous regrouper, un groupe d’hommes d’affaires dominicains, et voir comment nous pouvons devenir partenaires ou propriétaires d’un tour opérateur international, car cela garantit un flux de tourisme depuis son origine », dit-il.

Le marché européen

Rainieri comprend que la République dominicaine a une affaire inachevée avec le tourisme européen, qui peut être exploitée encore davantage.

« L’un des marchés sur lequel nous devons travailler davantage, tout en maintenant et en développant les marchés américain, canadien et latino-américain, est le marché européen, un marché auquel nous devons accorder plus d’affection. Nous avions 400 000 Allemands qui venaient en République dominicaine et nous en avons 200 000. Nous avions 200 000 Italiens, nous en sommes à 95 000. Nous devons y travailler maintenant », dit-il pensivement.

« Le marché européen, nous devons le récupérer, pas aux niveaux que nous avions, mais plus haut. Et surtout que le pays ouvre de nouvelles destinations, comme Miches, Pedernales, Samaná… l’Européen est plus aventureux que l’Américain, il est plus audacieux et plus enclin à voyager. Il n’a pas besoin d’air conditionné avec une température de 20 degrés Celsius. Ils aiment la nourriture typique, il n’est pas nécessaire qu’il y ait du fast-food, des steaks ou quoi que ce soit d’autre », explique Rainieri, qui se dit très heureux de ne plus être le seul Dominicain au WTTC, après l’entrée de l’Association nationale de l’hôtellerie et du tourisme de la République dominicaine (Asonahores) dans l’organisme.

Source: Diariolibre.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + six =

Verified by MonsterInsights