Les économistes mettent en garde contre l’effet des perturbations de la chaîne d’approvisionnement sur l’inflation

Selon un rapport publié lundi par le Forum économique mondial (WEF), les prévisions d’inflation élevée se sont atténuées dans toutes les régions du monde, mais l’inflation reste vulnérable aux chocs subis par les marchés des matières premières et les chaînes d’approvisionnement.

Les perturbations prolongées en mer Rouge, l’escalade des conflits régionaux et la volatilité accrue du climat, entre autres facteurs, pèsent sur les perspectives, selon le rapport, basé sur une enquête auprès des économistes en chef des secteurs public et privé et publié au début du Forum de Davos en Suisse.

Par exemple, l’arrivée d’El Niño pourrait à elle seule entraîner une hausse des prix des denrées alimentaires de 9 %.

Le rapport souligne que l’inflation mondiale continue de se modérer, étayant les prévisions d’une « légère baisse » des taux d’intérêt en 2024, et note que les taux d’inflation globale devraient atteindre 4,8 % cette année, en forte baisse par rapport aux 5,9 % de 2023 et aux 9,2 % de 2022.

L’inflation de base décélère également, bien qu’à un rythme plus lent, et devrait atteindre 4,5 % en 2024.

Cette amélioration des prévisions « est particulièrement notable » en Europe et aux États-Unis, où le pourcentage des économistes en chef interrogés prévoyant une inflation élevée ou très élevée est passé de 71 % et 47 %, respectivement, en septembre, à seulement 13 % dans les deux cas lors de la dernière enquête.

Toutefois, deux tiers des personnes interrogées s’attendent toujours à une inflation modérée en Europe et aux États-Unis et plus d’un quart des personnes interrogées s’attendent à une inflation élevée ou très élevée en Amérique latine et dans les Caraïbes (26 %).

Source: Diariolibre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 2 =

Verified by MonsterInsights