« La République dominicaine a tout le potentiel pour devenir le centre de la mode dans les Caraïbes »

Pour créer une destination touristique liée à la mode, il est nécessaire d’intégrer l’industrie locale et de renforcer ses opérations au niveau de l’État jusqu’à ce qu’elle devienne une attraction de l’intérieur, rendant les événements produits et créés par les Dominicains pertinents aux yeux des étrangers, a déclaré Sophia Sanabria, experte en marketing et en communication de la mode.

Les stylistes et les grandes marques ont-ils le pouvoir d’attirer les touristes ?

Bien sûr qu’ils l’ont. La mode, en plus d’être une industrie avec un modèle commercial qui fait appel à la consommation de biens, est aujourd’hui également considérée comme une forme de divertissement. Cela se reflète dans les efforts des marques de mode pour s’engager dans des conversations différentes au-delà de la vente de vêtements, comme les jeux vidéo, les événements du showbiz, la création d’expériences comme les cafés ou les musées autour d’une marque.

En outre, la mode est le reflet de la culture ou de l’identité des racines de ses créateurs. Par exemple, une marque comme Yves Saint Laurent, fondée à Paris, en France, et dont l’ADN stylistique fait référence au « chic parisien », possède un musée dans la ville où se trouvaient ses anciens bureaux lorsque le créateur était encore en vie. Il avait l’habitude de passer ses vacances au Maroc, où il possédait une villa qui a été le témoin du processus créatif de ses collections, et aujourd’hui, c’est aussi un musée qui attire de nombreux touristes dans la ville.

Cependant, il convient de noter qu’il ne s’agit pas seulement d’efforts de la part des créateurs pour créer ce type d’attraction, mais aussi de la part de l’État pour promouvoir une destination en tant que lieu de consommation et d’imprégnation de la mode.

La République dominicaine est-elle une grande destination de mode, est-elle connue et appréciée pour cela ?

Ce n’est pas une grande destination de mode, mais elle a tout le potentiel pour devenir le centre de la mode des Caraïbes, en profitant de la taille et de la croissance de la mode latino-américaine. En fait, cette année, la République dominicaine a accueilli le Raíces by Latin American Fashion Summit, un événement d’apprentissage et de création de réseaux d’affaires pour l’industrie de la mode, qui a été soutenu par le ministère du tourisme. De même, la première édition des Latin American Fashion Awards se tiendra en République dominicaine le 4 novembre 2023, avec la participation de plus de vingt pays et deux lieux stratégiques, notre pays et Milan, qui récompenseront le travail des créateurs, des marques, des mannequins, des photographes, des réalisateurs et plus encore. Cela indique que le pays commence à être apprécié en tant que lieu d’accueil d’événements internationaux.

Cependant, pour créer une destination touristique liée à la mode, il est nécessaire d’intégrer l’industrie locale et de renforcer ses opérations au niveau de l’État jusqu’à ce qu’elle devienne une attraction de l’intérieur et de l’extérieur, rendant les événements produits et créés par les Dominicains pertinents aux yeux de l’étranger.

Quels sont les créateurs qui s’efforcent d’internationaliser l’industrie ?

Certains créateurs font des pas vers l’internationalisation, comme Mónica Varela qui entre dans les grands magasins mexicains de La Puerta de Hierro ou JC Lagares qui présente sa collection dans le cadre de la semaine de la mode de Londres. Il ne fait aucun doute que Giannina Azar bénéficie d’une plus grande exposition médiatique, étroitement liée au monde du spectacle, habillant non seulement de grandes stars latines, mais aussi des célébrités telles que Beyoncé. Elle fait également partie intégrante des cérémonies internationales de remise de prix.

Quels sont les avantages pour le tourisme ?

Lorsque le travail d’un créateur est mis en avant, son lieu d’origine est toujours souligné comme une partie intrinsèque de son style ou de son inspiration, ce qui est bénéfique pour ce pays tant qu’il profite de cette opportunité. Le bénéfice va directement à la motivation des étrangers à connaître une région où naît une matière première particulière comme le Larimar, ou à venir à des événements spécifiques ; et non seulement à l’entrée de devises étrangères pour le voyage et l’hébergement, mais aussi à la consommation et à l’achat de pièces dominicaines. Et bien sûr, l’expansion du message dans l’environnement des visiteurs.

Sur quoi devrions-nous miser pour stimuler la mode en même temps que le tourisme ?

Le talent et le potentiel des créateurs dominicains sont un fait, mais ce qui retarde le processus, c’est le manque de structure de l’industrie de la mode dominicaine. En effet, l’unification de la guilde n’est pas suffisante pour lui permettre d’apporter des améliorations à ses besoins opérationnels. Cela est démontré non seulement par ceux d’entre nous qui observent et analysent l’industrie en tant que telle, mais aussi par des institutions telles que ProDominicana, qui a développé une analyse de la situation actuelle de l’industrie locale de la mode, où il a été conclu que le fait de ne pas pouvoir se présenter comme une unité productive solide est une cause de croissance non exponentielle.

En ce qui concerne le soutien de l’État, nous avons des exemples comme celui de la Colombie, où le gouvernement apparaît non seulement comme un sponsor mais aussi comme le principal promoteur de cette industrie et des autres professions qui composent l’économie orange. Avec ces deux idées, il est clair que nous devons nous concentrer sur la structure et le travail conjoint des entreprises de mode et des institutions publiques concernées.

L’industrie de la mode se développe en République dominicaine avec de nouveaux créateurs, quelle est l’importance de ce phénomène ?

D’une part, nous pouvons dire que l’arrivée de nouveaux créateurs est importante pour la diversification de l’industrie. Pour cela, il est nécessaire qu’il n’y ait pas seulement des propositions de même nature, mais qu’elles s’étendent à différentes catégories de produits telles que les chaussures, la lingerie, les accessoires, entre autres. Il est important de comprendre que sans la structure nécessaire en tant que secteur, ce que nous vivons actuellement continuera d’évoluer ; il s’agit principalement d’efforts individuels visant à stimuler les activités de mode sans nécessairement être liés à une « marque nationale » qu’il est urgent de construire.

Les avantages

Le travail d’un créateur met toujours en évidence son lieu d’origine comme une partie intrinsèque de son style ou de son inspiration ».

Source: Elcaribe.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 10 =

Verified by MonsterInsights