La DIGEIG assermente 80 nouvelles commissions et agents d’intégrité

Suite à un acte historique visant à poursuivre la transformation de l’État dominicain, la Direction générale de l’éthique et de l’intégrité gouvernementale (DIGEIG) a créé les Commissions d’intégrité gouvernementale et de conformité réglementaire (CIGCN) et les responsables de l’intégrité de 80 nouvelles institutions publiques du pays, qui travailleront à la mise en œuvre d’une culture de l’intégrité par le biais de la conformité réglementaire.

De manière démocratique et équitable, les représentants des CIGCN et des délégués à l’intégrité ont procédé à l’élection du coordinateur général de chacune des commissions auxquelles ils appartiennent, et qui sera désormais responsable du développement de leurs cartes de risques, de la connaissance et du traitement des politiques et des normes en matière de conflits d’intérêts et de lutte contre la corruption.

Au cours de la cérémonie, la directrice générale de la DIGEIG, le Dr Milagros Ortiz Bosch, a déclaré que ces commissions représentent une possibilité de changement pour prévenir, organiser et continuer à construire un pays où aucun conflit n’entrave le développement durable de la République dominicaine.

Ortiz Bosch a apprécié l’engagement des ministères, des directions et d’autres agences gouvernementales à assumer la transformation du décret n° 791-21 du président Luis Abinader, qui a déclaré prioritaire la transformation des commissions d’éthique publique en commissions d’intégrité gouvernementale et de conformité réglementaire, par le biais d’un processus d’élections libres et participatives prenant en compte tous les groupes professionnels de l’administration publique.

« Avec des fonctionnaires formés à chacun des rôles qu’ils doivent jouer pour défendre le bien public, c’est un pas de géant pour transformer la façon dont les choses sont faites dans l’administration publique et changer positivement l’État au profit de tous les Dominicains », a déclaré la directrice générale de la DIGEIG.

Elle a souligné que l’objectif est de continuer à forger un pays meilleur, uni avec des objectifs très clairs, et que cet objectif est atteint si tout le monde fait le maximum d’efforts dans la même direction.

« Il s’agit d’être cohérent avec les politiques menées par le gouvernement depuis le début, qui a ordonné que toutes les procédures soient exécutées dans le respect de tous les détails des dispositions des règlements gouvernementaux, des lois spéciales régissant l’administration publique », a conclu Mme Ortiz Bosch.

Un acte sans précédent

Le directeur de l’éthique et de l’intégrité, Yovanny Díaz, a assuré qu’il s’agissait d’un processus de changement dans lequel chaque membre des commissions est là pour protéger l’administration publique et renforcer les voies de recours.

« Il est important que nous réfléchissions tous, que nous nous engagions à créer une culture de l’intégrité. Le grand défi est d’internaliser ces changements », a conclu M. Díaz.

Panélistes internationaux

Nicolás Dassen, spécialiste de la modernisation de l’État au sein de la division de l’innovation au service des citoyens de la Banque interaméricaine de développement (BID), a parlé de la loi sur les conflits d’intérêts et de l’importance pour les représentants publics de pouvoir exercer leurs fonctions sans faire passer leurs affaires personnelles avant le bon accomplissement de leurs devoirs en tant que représentants de la population.

Frédéric Boehm, spécialiste de l’intégrité publique en Amérique latine à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a parlé du travail que doivent accomplir les gouvernements de la région pour accroître les niveaux de confiance dans l’État, en décrivant ces points dans cinq domaines fondamentaux : l’intégrité, l’ouverture, la réactivité, le gouvernement équitable et la fiabilité.

Le processus de formation

Chacun des membres de ces commissions et des responsables de l’intégrité a été formé à la gestion des risques ISO 31000, au système de gestion anti-corruption ISO 37001 et au système de gestion de la conformité ISO 37301, entre autres formations. Ces connaissances permettront de garantir que les ressources de l’État sont bien gérées au profit de tous les citoyens.

Un engagement au plus haut niveau

La cérémonie de prestation de serment s’est déroulée en présence des plus hautes autorités de l’État, qui se sont engagées à continuer à œuvrer en faveur d’une culture de l’intégrité.

Source: presidencia.gov.do

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × un =

Verified by MonsterInsights