Le tourisme aérien privé génère plus de 400 millions de dollars pour la République démocratique du Congo

L’aviation privée non commerciale génère plus de 400 millions de dollars pour la République dominicaine, selon Victor Pichardo, directeur exécutif du département des aéroports (DA).

« Rien que sur l’Atlantique, plus de 200 opérations sont réalisées, auxquelles s’ajoutent tous les visiteurs qui arrivent. C’est un tourisme que nous promouvons, puisque, dans la région, tout ce qui indique les Bahamas, toutes les îles, capitalisent également sur notre tourisme d’aviation privée », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que « nous avons également réussi à promouvoir l’élimination des mesures qui existaient auparavant, comme par exemple : pour voyager de Higüero à Montecristi, vous deviez demander un permis de 24 heures et maintenant, simplement, en notifiant votre plan de vol, vous pouvez visiter n’importe quel aéroport international ou local », a déclaré Pichardo.

Il a expliqué que l’aviation privée en République dominicaine a des années, mais dans cette administration a été promu par le président Luis Abinader par le biais du décret 259-23, sous la coordination du département de l’aéroport et des institutions et des agences dans le secteur.

Il a indiqué qu’un protocole a été approuvé pour l’aviation privée non commerciale, devenant un ordre exécutif, également, lié à toutes les organisations et agences de l’État telles que la Direction générale de l’immigration, les douanes, l’Institut dominicain de l’aviation civile (IDAC), le Corps spécialisé dans la sécurité aéroportuaire et l’aviation civile (Cesac), et l’armée de l’air.

M. Pichardo a insisté sur le fait que l’objectif du département de l’aéroport avec le protocole de l’aviation privée non commerciale est d’offrir « un autre visage au tourisme dans ce segment ». « Nous sommes convaincus que nous parvenons à couvrir un marché touristique important.

« Nous continuons à aller de l’avant en signant des accords avec les consulats de New York, de Chicago, d’Orlando, de la Jamaïque et d’autres encore », a déclaré le fonctionnaire.

Il a remercié l’engagement de toutes les institutions du secteur et du ministère du Tourisme (Mitur), dans l’initiative pour la structuration et la mise en œuvre du protocole, selon Diario Libre.

Source: Arecoa.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 2 =

Verified by MonsterInsights