Opérations aériennes entre la RD et le Venezuela

Avec plus de 40 vols hebdomadaires effectués par six compagnies aériennes, le trafic aérien entre la République dominicaine et la République bolivarienne du Venezuela s’est intensifié ces derniers temps, en raison de l’émigration qui utilise le territoire national comme option de transit ou comme destination finale.

Les données statistiques fournies par le Bureau de l’aviation civile indiquent que sur la route entre les deux pays, il y a eu 2 902 opérations aériennes entre janvier et août de cette année. Ce chiffre équivaut à quelque 1 500 vols aller-retour au cours de cette période, soit un peu moins de 200 par mois en moyenne, ou environ six par jour.

Pour le seul mois d’août, le dernier mois indiqué dans le rapport, une fréquence d’environ 43 vols par semaine a été enregistrée. Au cours du même mois, 374 opérations ont été enregistrées, définies comme des arrivées et des départs séparés.

Six compagnies aériennes dominent le marché aérien entre les deux pays : Laser, qui couvre les routes Maiquetia-Las Americas et Maiquetia-La Romana ; Sky High Aviation Services Dominicana, S.A., qui dessert Maiquetia-Las Americas, ainsi que Avior Airlines, C.A., qui dessert Maiquetia-Las Americas.

Rutas Aéreas, C.A. ou Rutaca Airlines, qui dessert Maracaibo-Las Américas, Maiquetía-Punta Cana, Barquisimeto-Las Américas et Maturín-Las Américas.

Les autres compagnies sont Turpial Airlines C.A., qui dessert Las Américas et Punta Cana depuis Valence, et Rutas Aéreas de Venezuela Rav, S.A./Ravsa, en charge des liaisons Maiquetía-Las Américas et Barquisimeto-Las Américas.

Bien qu’elles ne figurent pas dans le rapport officiel, d’autres compagnies aériennes proposent des vols du Venezuela vers la République dominicaine. L’une d’entre elles est Copa Airlines, qui propose des vols vers les aéroports de Saint-Domingue et Punta Cana à partir de plusieurs villes vénézuéliennes, mais avec une escale à Panama City. La compagnie aérienne propose jusqu’à cinq vols quotidiens et les prix varient en fonction de la destination et de la disponibilité. Par exemple, un vol pour Caracas, consulté pour la fin de ce mois, coûte 407 $US (environ 23 000 RD$) depuis Saint-Domingue, et 689 $US (39 000 RD$) depuis Punta Cana.

La compagnie colombienne Wingo propose également des vols avec escale.

États-Unis

Dans son étude State of migration involving the Dominican Republic, 2021, le Centre for Migration Monitoring and Social Development in the Caribbean (Obmica) note que les États-Unis restent la principale destination des migrants de la région. « Les corridors de Cuba et de la République dominicaine vers les États-Unis sont parmi les plus importants de la sous-région ».

La République dominicaine est devenue l’une des premières options pour les Vénézuéliens qui tentent de rejoindre les États-Unis, en raison des meilleurs prix des billets et des restrictions aériennes au Venezuela, d’où les compagnies aériennes nord-américaines n’opèrent pas. En 2019, l’Administration fédérale de l’aviation des États-Unis (FAA) a publié la circulaire KICZ A0013/19, qui interdit les vols directs entre les deux pays.

« Toutes les opérations de vol dans le territoire et l’espace aérien du Venezuela à des altitudes inférieures au FL 260, par les personnes décrites dans le paragraphe ci-dessous, sont interdites jusqu’à plus ample informé, en raison de l’instabilité politique et des tensions croissantes au Venezuela et du risque involontaire associé pour les opérations de vol », indique la disposition qui inclut également le trafic de fret.

Les tarifs moins élevés sont un autre attrait des correspondances en République dominicaine lorsque la destination finale est un aéroport nord-américain.

Pour un Vénézuélien qui souhaite se rendre en territoire dominicain, les vols vers Saint-Domingue coûtent à partir de 13 000 pesos, selon certaines offres trouvées sur l’internet.

Bien que le Venezuela partage une frontière avec la Colombie, les prix au départ du Venezuela vers ce pays commencent à 18 000 pesos pour Bogota.

Au Panama, où des milliers de Vénézuéliens empruntent chaque année le détroit de Darien pour se rendre au nord, un vol aller-retour depuis Caracas ou un autre point coûte plus de 22 700 pesos.

C’est aussi une destination

En plus d’être un pont, la République dominicaine est aussi un point d’accueil pour les Vénézuéliens. C’est le pays des Caraïbes qui a reçu le plus d’immigrants de la patrie de Bolivar ces dernières années.

L’étude d’Obmica indique qu’en septembre 2019, environ 100 000 Vénézuéliens vivaient dans les Caraïbes, un chiffre qui est passé à environ 220 000 personnes à la fin de 2021.

« Les principales destinations des Vénézuéliens comprennent la République dominicaine, Trinité-et-Tobago, la Guyane et Curaçao. En août 2020, les Vénézuéliens résidant en République dominicaine ont dépassé les 100 000 personnes ».

À ce jour, selon la plateforme R4V, organe d’information conjoint de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le nombre de Vénézuéliens dans le pays est estimé à 116 000.

À ce jour et selon la plateforme R4V, organe d’information conjoint de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le nombre de Vénézuéliens dans le pays est estimé à 116 000.

Selon R4V, 37% de ces immigrants ont bénéficié du Plan de Normalisation des Vénézuéliens (PNV), que le gouvernement dominicain a ouvert en janvier 2021 par le biais de la Résolution 00119-2021, émise par les Ministères des Affaires Etrangères et du Travail.

Source: Diariolibre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − 5 =

Verified by MonsterInsights