Plan d’aide de Mitur pour les compagnies aériennes

Dès son arrivée à Mitur, David Collado a lancé un plan d’aide aux compagnies aériennes et aux tour-opérateurs non seulement rapide, mais aussi précis. Les compagnies aériennes sont plus vitales pour le tourisme que les hôtels, l’offre complémentaire et les entreprises qui opèrent autour d’elles : sans vols, il n’y a pas de paradis. C’est pourquoi le ministère du Tourisme doit analyser attentivement toutes les mesures à prendre pour poursuivre cette aide.

Car il y a des nuances. En tant que département essentiellement dédié au tourisme, Mitur ne devrait pas soutenir de la même manière les entreprises qui se concentrent sur les vols touristiques et celles qui transportent essentiellement des passagers domestiques. Elles sont en droit de demander des subventions, mais à un ministère autre que celui de Collado, né pour attirer des clients de l’extérieur du pays.

De plus, le ministère doit être vigilant quant aux projets d’aviation qu’il soutient. Ce n’est pas la première fois que Mitur se voit proposer, et accepter, des plans de vol qui ne sont ensuite pas mis en œuvre, comme la liaison avec New York par une compagnie aérienne espagnole, parmi d’autres qui n’ont jamais été réalisés. Il faut se méfier de ceux qui sont trop malins.

Mitur ferait bien d’aider les compagnies aériennes intégrées dans les tour-opérateurs, des américaines aux canadiennes, en passant par les compagnies purement touristiques d’Europe et d’Amérique latine. Et il serait tout aussi plausible qu’il soutienne des initiatives sérieuses qui contribuent à générer plus de trafic aérien touristique, ce qui permet d’occuper les hôtels et, par conséquent, de faire vivre les destinations touristiques. En d’autres termes, le pays.

Source: Arecoa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 2 =

Verified by MonsterInsights