El Naranjal, un trésor du sud de la République Dominicaine

À quelques minutes de la municipalité de San José de Ochoa se trouve une communauté riche en éléments naturels et culturels. Nous faisons référence à El Naranjal, un village modèle qui transpire le travail, la beauté et la gentillesse.

Emergence

El Naranjal n’échappe pas à l’origine primordiale et à l’incursion probable des marrons dans le territoire qu’il occupe aujourd’hui. Cependant, un épisode déterminant pour l’établissement de la communauté que nous connaissons aujourd’hui a été l’arrivée des Arabes et des Espagnols au 19ème siècle. Dans son livre « Memories of El Naranjal », Fanny Santana évoque la possibilité que le nom ait été donné par les Arabes, impressionnés par le paysage jaunâtre de la « Loma Redonda », alors peuplée d’orangers luxuriants et abondants, et par le parfum de la fleur d’oranger qui emplissait l’air.

Certains membres de la communauté sont d’accord avec cette version, qui leur a été transmise par leurs ancêtres. Il convient de noter que la contribution ultérieure de ces étrangers et de leurs descendants au développement d’El Naranjal au cours du XXe siècle a été notoire.

Réserve culturelle

Malgré le passage inévitable du temps et l’évolution des coutumes et des traditions, El Naranjal conserve un goût exquis de la première moitié du XXe siècle. Bien que de plus en plus rares, il est encore possible de trouver des maisons en planches de palmier, célèbres pour leur durabilité et leur niveau de protection contre les éléments. Les cuisines aux toits de yaguas sont peut-être aujourd’hui synonymes de pauvreté, mais elles représentent des épisodes importants du passé de cette communauté agricole, artisanale et travailleuse au sens large.

Dans certaines maisons, on peut trouver, bien conservés, des outils agricoles traditionnels, comme une charrue ou un joug. On y trouve également des jarres, des figuiers, des poêles et d’autres accessoires qui peuvent être qualifiés de reliques ou de redoutes du passé.

La flore et la faune

Sa végétation est enviable. Une grande variété de fleurs orne cette communauté, ce qui en fait un point de référence important en matière de beauté. Le paysage est orné de : la trinitaria violette, les fleurs de maguey, de cañafistola et de cayenne ; mais aussi d’une diversité de roses, parmi de nombreuses autres belles espèces.

Il y a également des zones avec des acajous, ainsi que des palmeraies, qui servent à protéger les eaux de la zone. L’éducatrice Silvia Van Der Linde souligne l’importance de conserver et de rétablir la forêt galerie afin de protéger le ruisseau El Naranjal, très apprécié des agriculteurs et des habitants locaux.

Les oiseaux donnent une touche particulière à une aube de naranjal, où l’on peut trouver le cigua palmiste, le fou et le pic, le raton laveur à gros bec, la perdrix et le rossignol, entre autres espèces. Il est habituel de voir dans le ciel le pas lent du vautour à tête rouge, qui tourne en rond à la recherche de charognes : il rôde comme s’il s’agissait d’une scène du vieil Ouest nord-américain.

Ses habitants respectent la flore et la faune locales. Un arbre feuillu devant la maison de Doña Aida Santana en est la preuve. L’arrivée du cigua jaune a fait de cet arbre un lieu de reproduction privilégié. Leurs nids, parfaitement tissés avec des fils de feuilles de palmier, se multiplient rapidement et sont entretenus par tout le voisinage.

Les guinées sont également présentes même si les braconniers décident parfois d’en faire leur proie. Les guinées semblent avoir un sixième sens qui les avertit du danger. Les tireurs commentent l’audace de ces oiseaux, arguant du fait que le troupeau est précédé d’une guinée d’éclaireurs, dont le rôle est d’approuver ou de désapprouver l’itinéraire.

Agriculture et apiculture

El Naranjal reste à la pointe de la technologie agricole, ayant installé des serres modernes. Mais elle conserve encore la tradition des vergers et des semailles en plein champ, réalisée par ses habitants dans le but de parvenir à une subsistance digne. On y cultive du café, des avocats, des pois d’Angole, des oranges, des bananes, des plantains, des mangues et d’autres produits agricoles.

Il existe des ruchers pour la collecte du miel médicinal des abeilles, qui est commercialisé dans toute la province de San José de Ocoa et au-delà. Pour ceux qui ne sont pas habitués à la vie à la campagne, participer à la vie quotidienne des campesinos peut être une aventure inoubliable.

Artisanat typique

El Naranjal a une tradition d’artisanat, dans des éléments qui représentent le paysan du siècle dernier. Ses habitants sont habiles dans l’art de fabriquer des argans pour monter les chevaux, les ânes et les mules. Ils sont également passés maîtres dans la fabrication de chaises faites à la main avec des sièges en guano, ainsi que d’autres meubles et objets tressés.

Une société progressiste

Pendant de nombreuses années, les naranjaleros devaient se rendre dans la ville d’Ocoa pour recevoir leur pain et leur beurre. D’abord à dos de bêtes, puis dans des « bolas » et plus tard dans des motoconchos et des véhicules aménagés pour le transport de masse. Mais les difficultés ne les ont pas découragés, et aujourd’hui, nombreux sont les professionnels remarquables qui ont vu le fruit de leur parcours rustique sur les routes et les chemins poussiéreux.

Dans le domaine de la gestion communautaire, El Naranjal dispose d’organisations sociales qui assurent le suivi d’activités bénéfiques et de progrès pour ses habitants, comme l’association de femmes María Trinidad Sánchez et Asoprobina, un groupe actif chargé de gérer des travaux importants pour les habitants d’El Naranjal. En termes de loisirs, outre les pratiques sportives traditionnelles, les femmes sont présentes à travers la Luis Castillo Women’s League, où elles font de l’exercice, socialisent et montrent leurs talents de softball.

En termes d’agriculture, d’environnement, de logement et autres, El Naranjal a reçu le soutien de l’Association pour le développement de San José de Ocoa, Inc.

Ils reviennent toujours

D’El Naranjal sont venus des dizaines d’hommes et de femmes travailleurs et progressistes, dont le point commun est de ne jamais quitter leur terre. Chaque fois que cela est nécessaire, la communauté reçoit la chaleur de ses fils et filles absents, qui ont tendance à se montrer solidaires des causes qui s’y présentent.

Bien que le passage du temps soit inévitable et que les coutumes aient tendance à changer, une partie importante de cette terre continue à chérir ses traditions magico-religieuses.

El Naranjal maintient en vie les nuits à la bougie et le chant des pommades, entre autres manifestations du passé. Beaucoup de ces célébrations sont encouragées par les absents, qui reviennent toujours avec affection et enthousiasme pour partager la nostalgie, la chaleur, les histoires et les espoirs avec ceux qui sont restés sur place.

Roberto Santana et son âne

C’est dans les années 1980 que j’ai entendu pour la première fois Roberto Santana faire référence à ses années de lycée dans une interview. Il se souvient de l’époque où il devait faire le trajet quotidien entre El Naranjal et San José de Ocoa pour aller à l’école. Il l’a fait sur le dos d’un âne, qu’il a attaché dans la cour de Ducho Martinez et Grecia Pimentel, rue Luperon. Plus tard

Je l’ai entendu répéter cette histoire dans différents contextes. Roberto est alors devenu l’inspirateur d’une grande partie de la jeunesse de sa communauté, avide de progrès et de meilleures conditions de vie.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, Roberto a été un combattant déterminé pour la liberté et les droits de l’homme, devenant président de la Fédération des étudiants dominicains et recteur de l’université autonome de Saint-Domingue. Aujourd’hui, il est un professionnel aux multiples facettes, un expert de la réforme du système pénitentiaire.

Loma Redonda

La déprédation de Loma Redonda, qui est partagée par El Naranjal et Sabana Larga, est bien connue. C’est un promontoire qui se distingue par sa beauté et sa richesse écologique, servant de poumon à San José de Ocoa. Il représente également une grande importance hydrologique pour notre pays.

Des groupes favorables à l’écosystème et des organisations communautaires ont lancé leur cri de guerre et sont parvenus à attirer l’attention du ministère de l’environnement et des ressources naturelles, afin d’empêcher une utilisation qui pourrait porter atteinte à sa valeur historique, culturelle et de réserve de vie. Cet événement a donné lieu à un mouvement visant à faire de Loma Redonda une zone protégée.

Pendant la chaleur de l’été, sa végétation dense sert à rafraîchir et à protéger des rayons du soleil. En hiver, c’est une expérience merveilleuse pour ceux qui aiment les basses températures.

Tourisme communautaire

L’Estancia El Potrerito, qui a commencé comme un centre de loisirs familial, est maintenant devenue un intéressant projet de tourisme communautaire, toujours en cours de développement. Ce lieu comprend des attractions de coexistence avec la flore et la faune abondantes, ainsi que des installations traditionnelles, telles que : un espace pour les événements, une piscine rafraîchissante, un hébergement écologique et la riche expérience de la vie avec la communauté environnante.

El Naranjal se trouve à proximité d’autres endroits, notamment Ocoa, Sabana Larga et La Ciénaga, avec toutes leurs dépendances. Cela rend la visite plus agréable, car elle n’est pas limitée aux ressources locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 4 =