La surintendance de l’électricité signe un accord avec le ministère de la condition féminine

La Surintendance de l’électricité (SIE) a signé un accord interinstitutionnel avec le ministère de la femme, dans lequel les deux entités s’engagent à encourager la formation des hommes et des femmes, dans des conditions égales, dans des programmes de diplômes universitaires et de formation supérieure continue directement liés au secteur de l’énergie.

Elles s’engagent également à mettre en place les mécanismes appropriés, basés sur la transparence, l’égalité et la parité, pour renforcer les conditions qui bénéficient aux hommes et aux femmes en termes d’outils techniques et professionnels utilisés dans le secteur de l’énergie. L’accord a été signé par le surintendant de l’électricité, Andrés Astacio Polanco, et Mayra Jiménez, ministre de la condition féminine.

Dans son intervention, le surintendant Astacio a souligné que l’élaboration et l’application de règles favorisant l’égalité des sexes dans le secteur dominicain de l’électricité contribueront à améliorer la vie des femmes en garantissant le respect de leurs droits fondamentaux dans un environnement où tout le monde a des chances égales. Elle a ajouté que le fait d’assurer l’égalité des sexes dans les rôles clés du secteur de l’électricité permettra une plus grande équité et une meilleure justice sociale, tout en stimulant la croissance économique du pays.

« L’égalité des sexes dans le secteur dominicain de l’électricité est essentielle, non seulement du point de vue de la justice sociale, mais aussi pour stimuler le développement économique, promouvoir la diversité des idées et des perspectives, renforcer l’autonomie des femmes et respecter les engagements internationaux en matière de développement durable ».

Au cours de son intervention, la ministre Mayra Jiménez a souligné que « lorsque nous parlons d’égalité, nous parlons évidemment d’une question que les femmes réclament, car il n’y a aucune raison pour que nous jouions un rôle secondaire. Mais il est également très important de se rappeler que lorsque nous parlons d’égalité, nous parlons de développement, nous parlons de démocratie. En d’autres termes, nous n’aurons pas une société avec le niveau de développement dont nous avons besoin et que nous méritons, une démocratie solide, si la moitié de la population n’occupe pas les espaces ».

L’Unité pour l’égalité entre les hommes et les femmes (UIG) du SIE a ensuite été lancée. Elle sera chargée de concevoir, de mettre en œuvre et de contrôler les stratégies et les actions visant à intégrer l’approche de l’égalité entre les hommes et les femmes dans l’action institutionnelle. En outre, cette unité conseillera et encouragera les initiatives avec les domaines de l’institution de régulation du secteur électrique dominicain, pour l’intégration de l’approche de l’égalité des sexes dans les politiques, les plans et les projets en cours de mise en œuvre et à créer.

Aura Caraballo, membre du Conseil du SIE, dirige ce comité en tant que présidente. Les autres membres de la commission sont Gisel Pérez, coordinatrice pour l’égalité des sexes ; Niurka Holguín, directrice de la planification et du développement ; Aimée Tezanos, directrice de la communication ; Paula Castillo, directrice du bureau du libre accès à l’information publique ; Julio Ferreras, cadre supérieur de la direction du contrôle du marché de détail de l’électricité ; J. Hambser Díaz, directeur de la conformité de la direction juridique ; Russell Batista, directeur des grands utilisateurs de la direction Protecom, et Vianney Vásquez, directrice des relations de travail de la direction des ressources humaines.

Pour clôturer l’événement, Catalina Gutiérrez, consultante internationale spécialisée dans les questions de genre, a donné une conférence sur « La durabilité dans une perspective de genre ».

La Surintendance de l’électricité a pris l’engagement institutionnel de contribuer à combler les écarts entre les sexes et à faire de l’égalité une réalité, tant dans sa gestion interne que dans les services qu’elle offre au public.

Les unités d’égalité entre les femmes et les hommes ont été officialisées par la résolution conjointe du ministère de l’administration publique (MAP) et du ministère de la femme (MMUJER) le 11 septembre 2019, dans le but d’acquérir un rôle consultatif pour garantir l’approche de genre établie en tant que politique nationale transversale dans la loi 1-12 de la stratégie nationale de développement. Par conséquent, ils doivent être présents dans les plans et les projets des institutions gouvernementales.

Source: Presidencia.gob.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =

Verified by MonsterInsights