Investissement étranger : moteur du développement économique

En 2022, 37 % des recettes fiscales du pays provenaient de ce canal ; la stabilité fiscale est essentielle pour attirer davantage d’investissements étrangers.

Dans l’économie dominicaine, les entreprises d’investissement étranger ont une position bien méritée et jouent un rôle fondamental. Ainsi l’impact profond sur le développement et la croissance du pays est indéniable.

Grâce à leurs précieux investissements, ces entreprises contribuent non seulement au dynamisme économique. Mais elles tissent également une toile d’emploi, de devises et de recettes fiscales qui renforce les racines de la nation.

Les données contenues dans le « Guide de l’investissement » publié par la Commission nationale de défense de la concurrence (Procompetencia) en septembre 2022 mettent en évidence l’importance et la force des investisseurs étrangers.

Leurs entreprises, directement ou indirectement, représentent environ 37 % de l’ensemble des recettes fiscales du pays.

De même, leur influence s’étend au domaine des exportations nationales, contribuant à environ 71 % de celles-ci, et au secteur de la sécurité sociale du secteur privé avec un pourcentage impressionnant de 22,5 %.

La Banque centrale de la République dominicaine (BCRD) a indiqué qu’en 2022, les flux d’investissements directs étrangers ont atteint le chiffre impressionnant de 4 010,4 millions de dollars américains.

Des chiffres qui, en plus de démontrer la confiance et l’intérêt que les entreprises étrangères, portent à la République dominicaine, les placent parmi les principales sources de devises, se consolidant ainsi comme un pilier essentiel de l’économie nationale.

Une contribution qui parle

Concrètement, les entreprises d’investissement étranger font partie des quatre secteurs les plus importants en termes de recettes en devises dans le pays.

La loi 16-95 sur l’investissement étranger, promulguée le 20 novembre 1995, constitue un guide pour le développement.

Cette loi, avec sa vision avant-gardiste, a reconnu dès le départ que l’investissement étranger serait une force motrice de la croissance économique du pays.

En supprimant les barrières qui entravaient auparavant les flux de capitaux, la loi a ouvert la porte aux investissements étrangers dans de nombreux secteurs, à l’exception de ceux liés à la sécurité nationale.

En raison de son importance pour l’économie, la République dominicaine doit veiller au respect des droits et des devoirs des entreprises étrangères qui décident de s’y implanter.

Augmentation des investissements dans le tourisme médical

« Pour cela, il est nécessaire que les autorités puissent garantir que la charge fiscale soit uniquement celle établie par la loi et qu’elles respectent les différents accords et contrats conclus avec ce type d’entreprises, qui sont vitales pour le développement du pays et l’amélioration de la qualité de vie de tous les Dominicains », ont expliqué plusieurs experts lorsqu’ils ont abordé la question.

Et ils ajoutent qu' »il y a une responsabilité incontournable » : la garantie que les droits et les devoirs des entreprises étrangères sont rigoureusement respectés.

Dans ce contexte, la stabilité juridique est un pilier essentiel pour assurer la pérennité de ces entreprises et leur contribution au développement durable du pays.

Les parcs de zones franches, qui abritent un grand nombre de ces entreprises à investissement étranger, constituent un élément essentiel de l’écosystème des entreprises.

Ces parcs sont non seulement générateurs d’emplois, mais aussi des sources inépuisables de devises étrangères pour le pays.

La sécurité juridique, des incitants adéquats et une charge fiscale équitable sont essentiels pour qu’ils prospèrent sur le sol dominicain.

Ce qu’il faut préserver : la loi

On constate souvent que l’État doit veiller à ce que les sociétés de capitaux étrangères ne se voient pas imposer des charges fiscales qui sortent du cadre juridique qui les régit.

Ceci afin d’éviter que ces sociétés ne quittent le pays et n’affectent les efforts importants déployés pour figurer parmi les pays offrant le meilleur climat pour l’investissement étranger.

La stabilité fiscale est un facteur essentiel pour le succès et la pérennité des entreprises et des investisseurs.

Un environnement réglementaire transparent et prévisible attire non seulement les investisseurs, mais favorise également les investissements à long terme et une prospérité durable.

Les incitations, la sécurité juridique et une charge fiscale équitable constituent la base de l’essor des investissements étrangers.

L’investissement étranger contribue non seulement au développement économique, mais il façonne également la trajectoire du pays dans la sphère mondiale.

La concurrence mondiale pour les investissements étrangers est intense et ne doit pas être sous-estimée.

Lorsque les investisseurs évaluent la viabilité de leur établissement dans un pays, l’un des facteurs clés qu’ils prennent en compte est la charge fiscale à laquelle ils devront faire face.

Si la République dominicaine devient une destination où les impôts sont perçus comme prohibitifs, les entreprises étrangères pourraient commencer à explorer des alternatives plus attrayantes ailleurs.

Il pourrait en résulter une fuite des capitaux et des connaissances qui, à son tour, pourrait affecter les flux d’investissement, la création d’emplois et l’élan économique que ces entreprises apportent au pays.

Le risque que les investisseurs étrangers décident de partir à la recherche de conditions fiscales plus favorables est une réalité qui ne doit pas être prise à la légère, mais qui doit être prise en compte.

La région a des exemples qu’il vaut mieux ne pas imiter

En fin de compte, si les entreprises ont le sentiment d’être punies par une charge fiscale excessive en République dominicaine, elles peuvent choisir de délocaliser leurs activités dans des pays où elles peuvent obtenir de plus grands avantages fiscaux et une meilleure rentabilité.

Les exemples ne manquent pas

Entre 2015 et 2021, plusieurs pays d’Amérique latine, tels que l’Argentine, le Brésil, le Venezuela et l’Équateur, ont connu le retrait de sociétés d’investissement étrangères en raison de changements dans les règles du jeu qui comprenaient des augmentations d’impôts et des mesures qui affectaient la sécurité juridique et la prévisibilité dans l’environnement des affaires.

Au cours des années susmentionnées, l’Argentine a mis en œuvre des politiques qui ont augmenté la charge fiscale et généré de l’incertitude dans l’environnement des affaires. Des situations similaires se sont également produites au Brésil.

Source: Elcaribe.com

En savoir plus : Économie

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − 3 =

Verified by MonsterInsights