Asonahores annonce un taux d’occupation des hôtels de 80 % et s’attend à recevoir 10 millions de visiteurs

Le président de l’Association des Hôtels et du Tourisme de la République Dominicaine (Asonahores), David Llibre, a estimé ce dimanche que l’occupation des hôtels dans le pays est de 80%, et a prédit que cette année pourrait atteindre 10 millions de visiteurs étrangers lorsque le nombre de touristes arrivant par avion est ajouté au nombre de passagers de bateaux de croisière.

Interviewé par Héctor Herrera Cabral dans l’émission « D’Agenda », M. Llibre a expliqué que cette année, l’arrivée de touristes dépasse celle de 2019, année prépandémique, et qu’il en va de même si l’on compare avec 2022, qui était en soi une année importante parce qu’elle signifiait le début, après la pandémie du coronavirus, et que cette année 2023 est une année normale de croissance complète.

Il a également indiqué qu’il a été possible d’observer cette augmentation mois après mois, non seulement pour les passagers ou les touristes arrivant par avion, mais aussi pour les croisiéristes, car il y a eu une augmentation significative de l’arrivée des navires de croisière.

Le chef d’entreprise a indiqué que les prévisions pour cette année sont de 7,9 millions pour le tourisme aérien et de 2 millions pour les croisiéristes.

Il a ajouté que, sur la base de ces chiffres, si l’on additionne les deux, les fameux 10 millions, que le pays s’est fixé comme objectif sur une période de dix ans, seront atteints, ce qui signifie que le pays est sur la bonne voie pour répondre à ces attentes.

« Et il est possible de souligner que ces résultats ont été obtenus grâce au travail effectué par le secteur privé et les institutions gouvernementales qui travaillent dans l’industrie », a-t-il déclaré.

Il a donné comme exemple de la coordination entre les secteurs public et privé, la décision des autorités actuelles d’inclure des représentants d’Asonahores, et des différents aéroports, dans le Comité de Marketing du Ministère du Tourisme, où il est décidé par consensus où est investi chaque dollar que l’État contribue à la promotion du pays en tant que destination touristique.

« La moyenne se situe autour de 80 %, lorsque nous voyons des destinations avec un taux d’occupation plus élevé comme la province de La Altagracia dans l’est du pays et, d’autre part, nous avons la station touristique de Puerto Plata qui, malheureusement, a un taux d’occupation beaucoup plus faible, alors nous obtenons cette moyenne qui varie d’un mois à l’autre, mais qui s’accumule et se rapproche de ce taux, et dans le cas de La Romana, nous avons Bayahibe qui a toujours un très bon taux d’occupation de ses hôtels « , a déclaré David Llibre.

Il a indiqué que l’institution qu’il préside se concentre sur l’industrie du transport aérien, parce que la République dominicaine est une île et que la seule façon de croître est d’augmenter le nombre de sièges aériens, de multiplier les itinéraires, et en vertu de cela, la création de compagnies aériennes locales et d’itinéraires générés à partir du pays, dans le but d’augmenter l’offre pour faire baisser le prix des billets, a été fortement encouragée.

« C’est donc l’idée d’injecter autant de vols et de sièges vers les destinations où nous en avons besoin pour qu’ils commencent à baisser les coûts, car l’un des défis que nous avons dans le secteur est le prix élevé des billets d’avion pour la République dominicaine », a reconnu l’entrepreneur en tourisme.

Il a donné comme exemple qu’une personne qui veut venir en vacances dans le pays, et un Dominicain qui veut voyager à l’étranger, à partir du moment où il achète le billet, dépense déjà beaucoup d’argent sans avoir commencé ses vacances.

Llibre a déclaré qu’actuellement 50% des touristes qui viennent dans le pays (quatre millions de visiteurs) entrent par l’aéroport de Punta Cana, et dans la direction opposée se produit avec l’aéroport Gregorio Luperon à Puerto Plata qui a eu une baisse considérable des vols pour ne pas avoir un nombre suffisant de chambres comme il y en a dans la zone Est.

Selon lui, l’augmentation du taux d’occupation des hôtels et l’augmentation des coûts n’ont pas été compensées par une augmentation des tarifs pratiqués par les hôtels, ce qui a entraîné une baisse de la rentabilité.

M. Llibre qualifie de mythe l’affirmation selon laquelle l’industrie du tourisme ne paie pas d’impôts, même s’il reconnaît l’existence d’incitations fiscales.

Le président de l’Association de l’hôtellerie et du tourisme de la République dominicaine qualifie de mythe les versions selon lesquelles l’industrie ne paie pas d’impôts, bien qu’il reconnaisse qu’elle bénéficie de certaines incitations fiscales.

« Il s’agit d’un mythe, car lorsque nous examinons la question, s’il est vrai que les hôtels bénéficient d’incitations fiscales pour leur construction et leur rendement au cours des premières années, il n’en est pas moins vrai que chaque fois qu’un touriste arrive et séjourne dans un hôtel, il paie des impôts, il paie l’Itbis de cette occupation, et non seulement cela, mais tous les achats qu’il effectue paient cet impôt », a expliqué M. Llibre.

Il a affirmé que « nous constatons que 90 % des aliments consommés dans les hôtels proviennent de la production locale, et nous l’avons vu pendant la pandémie, car lorsque les hôtels ont fermé, un grand nombre de producteurs n’avaient nulle part où placer leurs produits, et nous avons soudain assisté à une offre massive de fruits de mer, de viande, de légumes, etc. entre autres, parce que les hôtels ne les consommaient pas et qu’ils allaient être endommagés ».

« Ainsi, le grand consommateur qu’est l’industrie du tourisme soulève également la question de la contribution que nous apportons au niveau fiscal dans ce sens », a insisté le président d’Asonahores.

En ce qui concerne la qualité des salaires, le chef d’entreprise a rappelé que « nous avons récemment subi une augmentation salariale de 20 %, qui a été appliquée à hauteur de 15 % immédiatement par les autorités du ministère du Travail, et les 5 % restants seront appliqués en février de l’année prochaine ».

« Et cela a également été appliqué l’année dernière, c’est-à-dire qu’au cours des deux dernières années, le salaire dans le secteur du tourisme a augmenté de près de 40 %, et les salaires des employés ont une double composante, car nous ne pouvons pas oublier que dans l’industrie, il est normal que les employés déjeunent sur place, car en dehors des hôtels, il n’y a nulle part où aller manger, et aussi une question de transport, car la plupart d’entre eux n’habitent pas près de leur lieu de travail « , a-t-il précisé.

Il a ajouté qu’on leur fournissait également des uniformes, et beaucoup d’autres éléments, comme le fait que certains employés qui n’ont pas de moyens de transport se voient offrir un logement, c’est pourquoi, lors de l’analyse de la question salariale, tous ces aspects doivent être pris en compte.

« Nous devons également prendre en compte le facteur des pourboires, qui augmentent le niveau de salaire, même au-dessus de n’importe quel secteur, et s’il y a eu une situation dans le passé, nous pouvons nous assurer que dans notre gestion, les pourboires sont distribués parmi nos employés », a-t-il déclaré.

Il décrit Pedernales comme un début difficile et à long terme pour le développement du tourisme, mais assure qu’il est sur la bonne voie.

David Llibre a décrit le développement du tourisme à Pedernales comme un début difficile et à long terme, mais il a assuré qu’il était sur la bonne voie.

« Je crois fermement que les choses sont faites comme elles devraient l’être, la destination est en train d’être créée, et pour créer la destination, tout doit être créé, non seulement les hôtels, mais aussi l’aéroport, les routes d’accès, et tout ce qui va avec la création de cette destination, ce qui va être quelques années difficiles au début, oui, c’est un projet à long terme, oui, ce n’est pas, simplement, nous allons construire l’hôtel et demain il sera plein, non, c’est important de le dire clairement, » a-t-il déclaré.

Cependant, il a précisé que  » nous sommes sur la bonne voie  » et a rappelé que dans le domaine du tourisme, il faut penser à long terme, et un parallèle peut être fait avec le début du pôle touristique de Puerto Plata qui a reçu un coup de pouce de la Banque Centrale par le biais d’Infratur, à la différence qu’à cette occasion, il y a des lois incitatives qui n’existaient pas à l’époque et qui ne permettaient pas l’amélioration des chambres existantes.

En ce qui concerne le soutien du secteur privé au développement touristique de Pedernales, le président d’Asonahores affirme que c’est déjà le cas, et donne comme exemple le fait que les deux hôtels en cours de construction seront exploités par deux chaînes hôtelières reconnues et de prestige mondial.

« Eh bien, il y a déjà deux hôtels en construction, et il y a deux chaînes qui exploiteront ces hôtels, c’est-à-dire s’il a été démontré que le secteur privé est intéressé par le développement de cette zone touristique », a déclaré David Llibre lorsqu’on l’a interrogé sur l’implication du secteur privé dans le développement de Pedernales.

Au sujet des sargasses, le président d’Asonahores a indiqué qu’un hôtel dépense en moyenne 70 000 dollars par an pour le nettoyage et la gestion de ces algues marines.

Source: Elnuevodiario.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + quatre =

Verified by MonsterInsights