Meliá et Bahia Principe veulent ouvrir des hôtels à Ciudad Colonial

La ville coloniale, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est plongée dans un ambitieux projet de sauvetage qui vise à polir son éclat historique et culturel, grâce à un financement de 90 millions de dollars de la Banque interaméricaine de développement (BID), ainsi qu’à d’importants investissements de Mitur.

Le programme intégral de développement touristique et urbain de la ville coloniale de Saint-Domingue comprend une vingtaine de projets visant à mettre en valeur ses attractions afin d’attirer les touristes arrivant par Punta Cana, ainsi que les touristes locaux.

Ce grand réveil dans la rénovation de la ville coloniale a fait que « tout le monde veut être » dans la zone, selon le ministre du Tourisme, David Collado, qui a révélé à arecoa.com que « Gabriel Escarrer, de la chaîne Meliá, m’a demandé si nous connaissions un espace parce qu’ils veulent mettre un hôtel ici ». Encarna Piñero (Bahia Principe) veut également venir à Ciudad Colonial. Ils veulent tous venir et ouvrir un hôtel-boutique de 100 ou 200 chambres.

Pourquoi les sociétés hôtelières s’intéressent-elles à Ciudad Colonial ? Collado explique que le mètre carré le plus cher du pays se trouve actuellement à Ciudad Colonial. « Plus qu’à Piantini et Naco, cela s’explique par les investissements en cours et le potentiel de cette zone.

Le défi : le stationnement. Pour le résoudre, « la fiduciaire Banreservas dispose déjà d’un parking à la Mella, et il existe un plan coordonné entre diverses institutions pour disposer de 1 100 places de stationnement, le président Luis Abinader lui-même coordonnant cette action », a déclaré M. Collado.

Source: Arecoa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 11 =

Verified by MonsterInsights