La Norvège fait un pas vers l’exploitation minière sous-marine

La Norvège est devenue le premier pays à autoriser l’exploration minière en eaux profondes. Le pays scandinave cherche à extraire des matières premières essentielles de ses eaux pour répondre au boom des énergies renouvelables. Mais les écologistes craignent la destruction des fonds marins.

Une nouvelle ruée vers l’or pourrait déferler sur le monde. Plusieurs pays s’intéressent de plus en plus à l’extraction de minéraux à des milliers de mètres de profondeur au fond des océans, où se trouvent d’importantes réserves de matières premières qui pourraient être utilisées dans le cadre de la transition énergétique.

En Europe, la Norvège a autorisé la semaine dernière l’exploration minière dans ses eaux territoriales, dans une zone de la taille d’un pays comme l’Italie. Malgré les critiques des organisations environnementales et de l’Union européenne, le pays scandinave, déjà premier producteur de pétrole d’Europe occidentale, veut désormais montrer la voie en matière d’exploitation minière offshore.

Des études préliminaires font état de la présence de plusieurs minéraux dans les profondeurs des eaux territoriales norvégiennes, explique le géographe norvégien Lars-Kristian Trellevik, docteur de l’université de Bergen, aujourd’hui consultant auprès de la société minière Adepth Minerals. Il s’agit de « concentrations très élevées, peut-être jusqu’à 10 fois supérieures à ce que l’on trouve dans les exploitations minières terrestres actuelles, en particulier pour le cuivre, le cobalt, le nickel, le manganèse, l’or, l’argent et un large éventail d’éléments de terres rares ». Des minéraux essentiels qui s’épuisent actuellement sur terre et qui deviendront rares avec l’électrification et la prolifération des technologies vertes », détaille le géographe.

Le jour où le parlement norvégien a donné son feu vert à l’exploitation commerciale des fonds marins, des représentants d’ONG environnementales ont toutefois protesté contre cette décision.

Les écologistes ainsi que 120 législateurs européens craignent que l’exploitation minière sous-marine ne perturbe les écosystèmes des grands fonds. Le gouvernement norvégien affirme que l’exploitation minière ne sera autorisée que si l’industrie peut faire la preuve de sa durabilité et de ses pratiques responsables, sans donner plus de détails. Est-il possible d’exploiter des minéraux sans endommager les fonds marins ?

La réponse est incertaine, en raison de la méconnaissance des fonds marins, reconnaît M. Trellevik, interrogé par RFI.

« Bien sûr, on ne peut rien extraire sans perturbation locale et sans dévastation. Il s’agit littéralement d’extraire de la roche. Tout ce qui vit à l’intérieur ou à proximité de cette roche sera affecté », admet le géographe, qui plaide néanmoins en faveur de l’exploitation minière sous-marine. « Les gisements de sulfite sont très, très limités dans leur étendue géographique dans les eaux norvégiennes. Ce n’est pas l’histoire que l’on entend dans les médias et de la part des critiques de l’exploitation minière en profondeur. Nous entendons constamment parler d’une zone d’ouverture de la taille de l’Allemagne, ce qui est tout à fait vrai. C’est la taille de la zone qui a été ouverte à l’exploration. Mais il est évident que l’exploitation minière n’aurait lieu que là où il y a des minéraux et que ceux-ci sont déposés dans des zones géographiques très petites et limitées. On s’attend à ce que moins de 1 % de la zone ouverte contienne réellement les minéraux qui seraient extraits », note M. Trellevik.

Un autre argument des partisans de l’exploitation minière en eaux profondes est de nature stratégique : l’Europe consomme de grandes quantités de métaux pour son industrie, mais les réserves sont concentrées dans des pays comme la Chine, la République démocratique du Congo ou l’Amérique du Sud.

L’exploitation directe des réserves dans les eaux territoriales permettrait au pays d’être plus indépendant, estime Lars-Kristian Trellevick. « Lorsque l’on parle de minéraux marins, il faut prendre en compte les questions de sécurité mondiale, la stratégie géopolitique, qui possède et contrôle les chaînes d’approvisionnement essentielles : c’est très important aujourd’hui. Comment préserver nos idées occidentales de démocraties libérales si nous ne pouvons pas contrôler nos propres chaînes d’approvisionnement ? Et pourquoi fermons-nous les yeux sur les pratiques très, très problématiques que nous observons dans l’industrie minière mondiale. Nous exploitons actuellement des zones précaires et à risque, telles que les points chauds de la biodiversité et les forêts tropicales. En outre, de nombreuses pratiques minières actuelles reposent sur des conditions de travail que nous n’accepterions pas. Ce qu’il faut considérer, c’est l’impact que nous générons par kilo de métal extrait », insiste le géographe.

De nombreuses inconnues subsistent quant aux méthodes d’extraction de ces minerais. Les compagnies minières ne disposent pas vraiment de la technologie pour les exploiter. Des prototypes de robots existent pour creuser la roche à des milliers de mètres de profondeur, mais avec le défi d’extraire cette roche, de la remonter à la surface de l’eau et de la transporter sur la terre ferme. À cette incertitude technologique s’ajoutent les préoccupations relatives aux écosystèmes des grands fonds marins, qui ont été peu explorés.

Serait-il acceptable de reproduire au fond des océans le modèle extractiviste qui a causé tant de dégâts écologiques sur terre ? Pour Marta Martín-Borregón Gómez, responsable de la campagne océans de Greenpeace Espagne, la réponse est non. L’ONG environnementale prône un moratoire sur l’exploitation minière sous-marine. L’ONG de défense de l’environnement préconise un moratoire sur l’exploitation minière sous-marine et rejette l’argument de la transition énergétique.

« Nous disposons d’un grand nombre de matériaux qui ont déjà été extraits. Ce qu’il faut faire, c’est concentrer tous les efforts sur la réutilisation et le recyclage de ces matériaux de manière optimale », a-t-il déclaré à RFI.

« Au niveau individuel, il est très important que chaque personne soit responsable. On ne peut pas changer de téléphone à chaque fois qu’un nouveau modèle sort, on ne peut pas changer de voiture tous les deux ans.

Si chaque pays est souverain sur ses eaux territoriales, les eaux internationales sont soumises à une juridiction internationale qui n’autorise pas, ne réglemente pas et n’interdit pas l’exploitation minière sous-marine.

La communauté internationale négocie actuellement dans le cadre de l’Autorité internationale des fonds marins pour décider de promouvoir ou non cette activité controversée. Des pays comme l’Allemagne, la France, l’Espagne, le Brésil, le Canada, le Costa Rica et le Chili demandent un moratoire sur l’exploitation minière des grands fonds marins en raison des risques pour l’environnement. Les négociations se poursuivront jusqu’en 2025. Mais The Metal Company, par exemple, veut profiter du vide juridique pour obtenir des licences d’exploitation et forer dans l’océan Pacifique.

Source: Diariolibre.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − six =

Verified by MonsterInsights