La RD accueille la consultation régionale pour l’Amérique latine et les Caraïbes

Les 16 et 17 octobre, la République dominicaine a accueilli la réunion de l’Amérique latine et des Caraïbes en préparation de la troisième session du Comité de négociation intergouvernemental chargé d’élaborer un instrument international juridiquement contraignant sur la pollution par les matières plastiques, y compris dans le milieu marin (INC-3).

La réunion régionale du groupe de l’Amérique latine et des Caraïbes (GRULAC), qui s’est tenue au Centre de convention du ministère des affaires étrangères, vise à aider les gouvernements à préparer la position régionale en vue de cet ambitieux processus de négociation.

Représentant le ministre des affaires étrangères Roberto Álvarez, le vice-ministre des communautés dominicaines à l’étranger, Carlos de la Mota, a déclaré que « nous devons continuer à plaider en faveur de mesures qui débouchent sur des modèles de consommation et de production durables, et défendre une approche fondée sur les droits de l’homme, la transparence, l’accès à l’information et la collaboration entre les gouvernements, le monde universitaire, l’industrie et la société civile ».

Il a également souligné que, bien que nous visions un accord solide, celui-ci doit correspondre à la réalité de pays tels que ceux qui composent le GRULAC et parvenir à un accord équitable qui garantisse une transformation graduelle et économiquement viable.

Le vice-ministre des ressources côtières et marines du ministère de l’environnement et des ressources naturelles, José Reyes, a souligné que la position d’État insulaire rend des pays comme la République dominicaine particulièrement vulnérables aux impacts de la pollution plastique. « C’est pourquoi nous préconisons des responsabilités communes mais différenciées, ainsi qu’une ouverture au financement et au transfert de technologie », a-t-il ajouté.

Outre les deux vice-ministres, la cérémonie d’ouverture de cette réunion a été présidée par la directrice de la science, de la technologie et de l’environnement du MIREX, Claudia Taboada ; Jyoti Mathur-Philip, virtuellement ; la coordinatrice régionale du GRULAC-INC, Valentina Sierra ; et Brenda Koekkoek, gestionnaire de programme principal, secrétariat de l’INC.

Dans la région, des délégués d’Antigua-et-Barbuda, d’Argentine, de Belize, du Brésil, du Chili, de Colombie, du Costa Rica, de Cuba, de la Dominique, de la République dominicaine, de l’Équateur, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, de la Jamaïque, du Mexique, du Panama, du Paraguay, du Pérou, du Suriname, de Trinité-et-Tobago, de l’Uruguay et du Venezuela étaient présents ; en mode virtuel, de la Barbade.

Des représentants d’une vingtaine d’organisations de différents secteurs ont également participé en tant qu’observateurs, qui ont exprimé leurs positions et contribué à enrichir le processus de discussion au cours des premiers points de l’ordre du jour.

Sur les négociations

Le CNI a commencé ses travaux au cours du second semestre 2022, avec l’ambition d’achever les négociations d’ici la fin de l’année 2024. La première session du CNI (INC-1) s’est tenue à Punta del Este (Uruguay), du 28 novembre au 2 décembre 2022, suivie d’une deuxième session (INC-2), à Paris (France), du 29 mai au 2 juin 2023. La troisième session (INC-3) est désormais prévue du 13 au 19 novembre 2023 au siège du PNUE à Nairobi (Kenya).

Source: presidencia.gov.do

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 15 =