Le 1er congrès ibéro-américain contre le burnout en RD

Le premier congrès ibéro-américain contre le burnout se tiendra en République Dominicaine du 29 juin au 2 juillet avec pour mission d’explorer les risques du syndrome d’épuisement professionnel chez les personnes et l’impact sur la productivité des entreprises.

« Nous accueillons des experts liés à la prévention et au traitement des problèmes de santé mentale, parmi lesquels Carmen Martínez Viciana, de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ; Alejandra Vallejo-Nágera, psychologue (Espagne) ; Dr. Néstor Braidot, neuroscientifique (Argentine-Espagne), Michael Leiter, psychologue et expert en burnout (USA), et Ismael Cala (Cuba-USA), communicateur et stratège de vie », a annoncé María Méndez, présidente de la Fondation « Les vacances sont un droit de l’homme » (VIAHR).

« Nous vivons tous des moments compliqués d’épuisement professionnel et aussi d’épuisement émotionnel. Il est urgent de prendre conscience que nous sommes des êtres humains et non des machines. Concentrer notre attention sur notre moi intérieur, gérer nous-mêmes nos émotions et développer une cohérence émotionnelle et énergétique. La synergie entre l’énergie et l’émotion, pour générer une qualité de vie », a déclaré Néstor Braidot.

L’entrepreneuse et philanthrope Bisila Bokoko, une autre des participantes, a déclaré que « nous nous trouvons à un moment optimal, car nous prenons de plus en plus conscience que l’épuisement professionnel est une réalité. Et qu’il est fondamental de s’arrêter et de se reposer pour améliorer la productivité.

Selon le rapport Aflac Workforces, la génération Z (71 %), les personnes ayant plusieurs emplois (66 %), les Hispaniques (65 %), les milléniaux (65 %) et les femmes (62 %) sont gravement touchés par l’épuisement professionnel. Pourtant, en 2023, 45% des employeurs semblent ne pas vouloir considérer le burnout comme un problème organisationnel, par rapport à l’année dernière (43%).

« La prévalence de l’épuisement professionnel exige une action urgente. Il est essentiel que les lieux de travail soient conçus pour les personnes, plutôt que d’exiger d’elles qu’elles se conforment à des structures. Les lieux de travail doivent être des espaces où les gens peuvent réaliser leurs aspirations à appartenir à une communauté, tout en contribuant à un excellent travail », a expliqué le professeur Michael Leiter.

Dilcia Ruan, responsable du projet VIAHR, a ajouté que la conférence comprendrait des forums, des entretiens, des conférences, des séances de questions-réponses, des mini-ateliers et des activités de mise en réseau. Il y aura également une journée de pause, de détente et de plaisir dans le complexe exclusif Casa de Campo.

VIAHR est une fondation privée à but non lucratif qui se consacre au bien-être des personnes souffrant du syndrome d’épuisement professionnel en sensibilisant à l’importance des pauses comme moyen de prévention. VIAHR propose un accompagnement, une orientation, une formation et des expériences de pause pour les entreprises et les personnes souffrant de ce syndrome.

L’article 24 de la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que « toute personne a droit au repos et aux loisirs, à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques ».

Travel For Change est le sponsor principal de l’événement. Les principaux sponsors sont Somos Community Care (New York), Banco Popular, le ministère du tourisme de la République Dominicaine et « El Nuevo Diario ».

En plus des options en face à face, VIAHR a prévu la possibilité d’une participation virtuelle, afin d’atteindre le plus grand nombre de personnes possible. Plus d’informations : https://viahr.org/congreso/congreso_virtual/

Source : Diariodesalud.com.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 4 =

Verified by MonsterInsights