Un député organise un atelier sur la législation en matière de santé mentale

Le ministère de la Santé publique (MSP), dans le but de réglementer et d’optimiser la loi générale sur la santé mentale de la République dominicaine, a donné jeudi le coup d’envoi de l' »Atelier de formation sur la législation en matière de santé mentale et les droits de l’homme des personnes souffrant de troubles mentaux et de handicaps psychosociaux, intellectuels et cognitifs ».

La formation, réalisée avec le soutien de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS/OMS), vise la promotion, la formulation, la mise en œuvre et la révision des cadres législatifs et réglementaires liés à la santé mentale et à la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) et d’autres instruments des droits de l’homme et qui vont en faveur de la loi 12-06.

Eladio Perez, vice-ministre de la santé collective, Alejandro Uribe, directeur de la santé mentale du MSP, et Carmen Martinez Viciana, conseillère régionale de l’OPS/OMS en santé mentale pour l’Amérique centrale et les Caraïbes.

L’activité aura lieu les 12 et 13 de ce mois, et s’adresse aux membres des institutions suivantes : Société psychiatrique, Collège dominicain des psychologues, Collège médical dominicain, Service national de santé, Société Alzheimer, Chambre des députés, ministères de l’éducation, des affaires étrangères, du travail, du logement et de la femme, médiateur des droits de l’homme, direction générale des migrations, sociétés médicales, cabinets de politiques sociales, entre autres.

Le Dr Eladio Pérez a déclaré que la santé mentale est un droit pour tous, quelle que soit leur situation sociale, économique ou spirituelle. « C’est pourquoi nous avons décidé de réunir un groupe d’institutions publiques et privées liées au secteur de la santé et d’autres qui travaillent directement avec les entités chargées de garantir la jouissance de ce droit universel.

Il a souligné que les lois nationales sont un outil crucial pour établir un cadre juridique qui soutient le droit à la santé internationalement reconnu et garantit l’accès au meilleur état de santé possible pour tous. « Ces lois définissent les limites, les responsabilités et les obligations des États et des autres parties prenantes.

Elle a expliqué que cela conduisait à la reprise d’un projet de mise à jour de la loi nationale sur la santé mentale.

Le Dr Carmen Martínez a également décrit cette étape comme cruciale pour la reconnaissance des personnes souffrant de troubles mentaux en tant que « détenteurs de droits fondamentaux et pour mettre fin à l’idée fausse des centres d’asile, avec un traitement respectueux, centré sur la personne, réhabilitatif et basé sur la communauté ».

Il a souligné que toute personne souffrant d’une maladie mentale a le droit inhérent de recevoir des soins médicaux et des services sociaux adaptés à ses besoins, tout comme n’importe quelle personne souffrant d’une maladie physique.

Alejandro Uribe a déclaré que la loi générale sur la santé mentale 12-06 vise à offrir des services de la plus haute qualité, dans le respect des droits de l’homme à tout moment, et que son objectif est également de promouvoir la prévention, les soins et la réadaptation des personnes touchées.

Différents collaborateurs du MSP et des invités spéciaux ont assisté à l’activité.

Source: presidencia.gov.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − 2 =

Verified by MonsterInsights