L’Abinader crée la Commission dominicaine de la banane (Codoplátano)

Le président de la République, Luis Abinader, a publié le mardi 31 janvier le décret n° 62-24, qui crée la Commission dominicaine de la banane (Codoplátano), en tant que commission interministérielle, dont l’objectif est de soutenir conjointement le secteur agricole consacré à la production et à la commercialisation des bananes, ainsi que de conseiller le président dans l’élaboration de politiques publiques visant à promouvoir la culture, la production, la commercialisation, la transformation et l’exportation des bananes.

Le Codoplátano est composé des ministres de l’agriculture, de l’environnement et des ressources naturelles, de l’industrie, du commerce et de Mipymes, des administrateurs de la Banco Agrícola et de la Banco de Reservas, des directeurs de Indrhi, Inespre, ProDominicana et IAD, du président de l’Association dominicaine des producteurs de plantain (Adoplatano) et de deux représentants des coopératives ou associations de producteurs de plantain des dix régions du pays.

Avec cette disposition, le pouvoir exécutif intensifie le soutien à la production de bananes, ce qui se traduira pour le peuple dominicain par la création d’emplois, la mise en place de politiques publiques et d’incitations en faveur des producteurs et l’augmentation de la commercialisation des bananes sur le marché local et international.

De même, la création de Codoplátano répond activement aux avertissements économiques qui indiquent une augmentation de la consommation de bananes et qui, à cette occasion, offrent une opportunité pour la République dominicaine de devenir une source stable et sûre de commercialisation de bananes, avec l’application de nouvelles pratiques de bonne gestion des cultures et de durabilité environnementale nécessaires pour rendre l’activité plus compétitive sur le marché extérieur.

Cette décision du Président Abinader représente un pas décisif au bénéfice du secteur agricole dominicain, dont les producteurs disposeront d’un moyen plus efficace d’exprimer leurs préoccupations concernant le secteur, ce qui permettra au gouvernement de mettre en œuvre des politiques publiques plus efficaces, attachées à la réalité et pour le plus grand bénéfice de la nation.

Source: Presidencia.gob.do

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + vingt =

Verified by MonsterInsights