Aerodom défend les ajustements tarifaires : « C’est moins de 1% du coût des tarifs »

Aeropuertos Dominicanos Siglo XXI (Aerodom) a déclaré que l’ajustement tarifaire qui sera appliqué à partir du 1er décembre, répond à seulement 13% de l’indexation qui aurait dû être faite il y a cinq ans et pour 26%, et que l’augmentation n’affecterait le coût total des billets d’avion que de moins de 1%.

Il a indiqué que l’indice des prix à la consommation (IPC) américain cumulé de 2017 à 2023, qui sert de référence pour les ajustements tarifaires inflationnistes, est d’environ 26 %, et que l’État dominicain n’a autorisé à Aerodom qu’un ajustement total de 18,4 %, à effectuer de manière échelonnée sur trois ans : 13 % en 2023, 2,7 % en 2024 et 2,7 % en 2025, sur la base du contrat existant.

« Concrètement, l’augmentation totale à appliquer en 2023 est de 147,43 pesos dominicains (2,48 dollars américains), ce qui représente un montant marginal dans le coût total du billet d’avion. De même, en 2024, l’ajustement se traduira par 32,53 pesos dominicains (57 cents américains) ; et en 2025, par 33,65 pesos dominicains (59 cents américains). Ces montants représentent moins de 1 % du tarif global des billets d’avion », selon un communiqué d’Aerodom.

Compte tenu des informations inexactes circulant dans différents médias et réseaux sociaux concernant l’ajustement tarifaire de 2,48 USD (deux dollars et quarante-huit cents) pour l’inflation récemment annoncé par Aerodom, le concessionnaire a apporté les clarifications suivantes :

L’ajustement tarifaire autorisé par la Commission aéroportuaire à Aerodom a été effectué sur la base de l’article 5.4.4 du contrat de concession signé en 1999 entre Aerodom et l’État dominicain, et s’applique exclusivement aux tarifs aéroportuaires réglementés, qui ont un impact minime sur le coût total des billets d’avion.

De même, elle réaffirme que l’ajustement à l’inflation a été effectué pour permettre aux tarifs aéroportuaires réglementés de récupérer partiellement leur valeur réelle après avoir été gelés pendant plus de cinq ans, principalement en raison du processus de pandémie.

La société, qui exploite six des principaux aéroports du pays, indique que de nombreuses études internationales ont conclu que les ajustements tarifaires des aéroports ne sont pas directement liés à l’augmentation des tarifs aériens, comme l’étude « Trends in air fares in Latin America and the Caribbean » réalisée par la société spécialisée Flare Aviation Consulting, ainsi que l’analyse « Determining Factors of Air Fares » préparée par la société ICF pour le Conseil international des aéroports d’Amérique latine et des Caraïbes (ACI-LAC).

Il a expliqué qu’Aerodom, sous la direction de VINCI Airports, a stimulé la croissance du transport aérien grâce à son réseau mondial et à sa politique incitative. D’un trafic à 0% de croissance moyenne jusqu’en 2015, il est passé à un taux de croissance du trafic de 6% par an, enregistrant une croissance de 20% supérieure à 2019 d’ici 2023.

Le contrat de concession couvre les six aéroports internationaux José Francisco Peña Gómez (AILA), Gregorio Luperón, Juan Bosch, Joaquín Balaguer, María Montez et l’aéroport domestique Arroyo Barril.

Source: Arecoa.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 10 =

Verified by MonsterInsights